Nouvelle-Aquitaine

[sante.fr] - La vaccination : parlons-en franchement en Nouvelle-Aquitaine !

Article
Visuel
Image Vaccination parlons franchement
Avec l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 et face à la réapparition de certaines maladies comme la rougeole dont les conséquences peuvent être graves, l'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine se mobilise plus que jamais pour informer la population et faciliter l’accès à la vaccination.
Corps de texte

Des taux de couverture vaccinale en progression mais encore d’importants efforts à réaliser

Grâce à la mobilisation de l’ARS et de l’ensemble des acteurs œuvrant dans le domaine de la vaccination, les taux de couverture vaccinale ont nettement progressé en Nouvelle-Aquitaine ces dernières années.

Pour autant, l’effort ne doit pas être relâché car pour certaines maladies, la couverture vaccinale n’est pas encore suffisante pour stopper la circulation du virus. Par exemple : alors qu’il faudrait que 95% de la population soit vaccinée contre la rougeole-oreillons-rubéole (vaccin ROR) pour stopper la circulation de ces virus, le taux le plus élevé est actuellement de 81%* en Corrèze avec des taux parfois très bas comme dans les Deux-Sèvres avec 70%*. La Nouvelle-Aquitaine a d’ailleurs connu une épidémie de rougeole importante en 2018 durant laquelle 1000 personnes ont eu rougeole entraînant une hospitalisation dans 1 cas sur 4 et 2 personnes en sont décédées.

Il existe également d’importants écarts entre départements pour certaines maladies. C’est le cas pour le vaccin contre l’Hépatite B pour lequel la Dordogne a un taux de couverture vaccinale bas de 82%* alors que la Vienne a un taux de 94%* (objectif visé : 95%).

L’information de la population : une priorité

L’ARS Nouvelle-Aquitaine a compris depuis plusieurs années déjà qu’une bonne information de la population était essentielle pour permettre d’atteindre les objectifs visés en matière de couverture vaccinale. En effet, la vaccination suscite beaucoup d’interrogations, de craintes et de doutes, amplifiés par de fausses informations qui peuvent laisser penser que les risques encourus sont plus grands quand on se vaccine que quand on ne se vaccine pas. Il est donc primordial de fournir au grand public des informations objectives et transparentes. C’est pourquoi l’ARS Nouvelle-Aquitaine agit pour « parler franchement de la vaccination » notamment sur les réseaux sociaux où la parole des anti-vaccins est très relayée mais aussi via des supports de communication qui répondent simplement à toutes les questions que la population peut se poser et prioritairement aux idées reçues. L’ARS et l’ensemble de ses partenaires se mobilisent enfin chaque année à l’occasion de la Semaine de la vaccination avec pour objectif d’aller au plus près des citoyens pour les informer.

La Nouvelle-Aquitaine très dynamique en matière d’accès à la vaccination

L’ARS Nouvelle-Aquitaine a été l’une des premières régions (avec l’ARS Auvergne Rhône Alpes) à expérimenter la vaccination contre la grippe par les pharmaciens d’officine. Un véritable succès auprès de la population qui apprécie la simplification du parcours vaccinal. Une réussite telle que pour la deuxième année d’expérimentation, deux régions supplémentaires se sont portées volontaires et la vaccination contre la grippe saisonnière par les pharmaciens sera généralisée pour la saison 2019-2020.

La Nouvelle-Aquitaine est aussi un terreau d’innovation en matière de vaccination puisque c’est à Bordeaux, plus précisément au sein de l’Hôpital des Armées Robert Picqué que le carnet de vaccination électronique (CVE) MesVaccins.net est né. Un outil idéal pour rester à jour de ses vaccins. En mars 2019, 600 000 CVE ont déjà été créés avec 2 100 000 vaccins enregistrés.

* Chiffres Santé publique France 2016 (enfants nés en 2014)