Moustique tigre - Espace collectivités

Article
Visuel
Photo Mairie

Comment agir au sein de ma collectivité pour limiter la présence du moustique ? Comment répondre aux questions légitimes de mes administrés ? Cette page rassemble les conseils techniques mais également pédagogiques pour sensibiliser le public à la lutte contre les gîtes larvaires, seule « solution » à ce jour pour limiter la présence du moustique.

Corps de texte

Pourquoi agir en tant que collectivité ?

Les collectivités territoriales et en particulier les communes et les regroupements de communes ont un rôle prépondérant à jouer dans la lutte contre le moustique tigre.

Elles sont responsables du maintien de l’hygiène et de la salubrité :

  • qui constitue la principale action de lutte contre les moustiques à visée préventive au niveau du domaine public
  • et constitue par ailleurs l’échelon de proximité par excellence. À ce titre, les communes sont les mieux à même de sensibiliser le public à la lutte contre les gîtes larvaires.

Comment agir ?

Les collectivités peuvent mettre en place un programme de contrôle et de lutte contre la prolifération des moustiques dans les lieux du domaine public dont elles ont la gestion et veiller à ce que les mesures de prévention soient appliquées localement.

Recommandations pour les collectivités (présentées de façon détaillée dans le guide présenté ci-dessous) pour lutter contre le moustique tigre :

1/ Sur l’espace public (voieries, espaces verts, batiments publics), repérer et supprimer les endroits propices à l’installation de gîtes larvaires.

Comme pour les particuliers, la collectivité peut agir pour limiter la présence des moustiques en extérieur grâce à quelques actions efficaces :

  • dès les premières pluies du printemps, rechercher minutieusement et de manière complète tous les endroits où l’eau pourrait stagner dans les espaces publics extérieurs et faire le nécessaire pour les neutraliser ;
  • de mai à novembre, faire régulièrement le tour des extérieurs pour supprimer/vider toutes les petites accumulations d’eau.

Concrètement, il s’agit pour les services de la collectivité de :

  •  Nettoyer les gouttières des établissements publics pour empêcher la stagnation d’eau,
  • Procéder à l’entretien des regards, coffrets techniques, avaloirs d’eaux pluviales, toits-terrasses et récupérateurs d’eau de pluie, lieux propices à l’installation de gîtes larvaires,
  • Entretenir les parcs et jardins, notamment les herbes hautes où les moustiques se plaisent et de ramasser les éventuels déchets (gobelets, contenants plastiques....)

2/ Informer/sensibiliser la population aux bons gestes de suppression des gîtes larvaires

Les actions d’information/sensibilisation peuvent être réalisées :

  • communication numérique (mail, newsletter…)
  • réponses aux questions des habitants
  • affichage public (panneaux, ..)
  • réunions de sensibilisation
  • animation de quartier, stand (événement)
  • porte à porte auprès des habitants, en particulier au printemps pour retarder au maximum la présence au moustique
  • formations d’ambassadeurs volontaires pour diffuser les messages auprès des habitants

Ces opérations permettent également de promouvoir la vigilance citoyenne (sur signalement-moustique.anses.fr/signalement_albopictus/).

Des outils pédagogiques et de communication ainsi que des retours d’expérience sont mis à disposition des collectivités sur la page :

Vous y trouverez :

  • Campagne de sensibilisation Affichage + web
  • Une "Check List" des bons gestes anti-moustique où vous pourrez apposer votre logo
  • Un article "clé en mains" pour parler plus facilement du sujet dans vos supports print et web.

3/ Pourquoi ne pas expérimenter des dispositifs de réduction de la présence du moustique ?

L’objectif est de casser le cycle de reproduction du moustique et ainsi réduire leur présence. Ces projets (ex. : mise en place de pièges pondoirs)  peuvent être conduits avec des particuliers, notamment dans des quartiers où s’engage une dynamique collective de lutte contre le moustique.

D’autres collectivités testent des « pièges à moustiques » ou « bornes à moustiques » électriques placés à l’extérieur afin de réduire leur présence, mais les retours sont que ces dispositifs sont chers, exigeants en termes d’entretien et leur efficacité est relative.

Guide aux collectivités pour lutter contre le moustique tigre

Un guide à l’attention des collectivités souhaitant mettre en œuvre une lutte contre les moustiques Aedes albopictus a été élaboré par le Centre National d’Expertise sur les Vecteurs en 2016, à la demande de la Direction Générale de la Santé. Bien que les références réglementaires soient à actualiser, ce guide reste une référence en matière de conseils techniques à la lutte anti vectorielle et concerne la LAV au sens large (sensibilisation, mobilisation de la population, repérage et suppression des gîtes larvaires,...).

Il s’adresse aux collectivités qui souhaitent mettre en place un programme de contrôle des moustiques Aedes albopictus, moustiques pouvant non seulement être à l’origine d’une nuisance importante, et donc d’un impact sur la qualité de vie de la population, mais surtout de risques sanitaires telles que des infections aux virus de la dengue, du chikungunya ou encore Zika. Il guide également les collectivités désireuses de mettre en place des actions de mobilisation de la population.

Une enquête ou une opération de démoustication a lieu sur ma commune ?

Consultez la page :