Microalgue Ostreopsis - Risques, recommandations et signalement

Actualité
Photo plages Pays Basque

Des intoxications dues à la microalgue Ostreopsis suite à l’exposition dans l’eau ou sur les plages du Pays basque, ont été identifiées depuis plusieurs jours entrainant la fermeture initiale de certaines plages.

Lorsque la concentration dans l’eau de mer d’Ostreopsis est importante, l’inhalation d’aérosols marins contaminés peut provoquer des manifestations cliniques telles que : toux, rhinorrhée, irritations de la sphère ORL & des yeux, céphalées, fièvre, difficultés respiratoires.

Les signes cliniques apparaissent dans les 48 heures après l’exposition à des aérosols, le plus souvent dans les 2 à 6 heures. Les signes cliniques s’atténuent généralement 24 à 48 heures après leur apparition.

De plus, des éruptions cutanées (rougeurs avec ou sans démangeaisons), peuvent survenir rapidement après contact direct de la peau avec de l’eau de mer contaminée.

Par ailleurs, lors de prolifération d'Ostreopsis, certains produits de la mer (poissons, mollusques, crustacés, oursins...) sont susceptibles de concentrer la toxine produite par cette algue et ainsi de présenter des risques lors de leur consommation. Par précaution, il est ainsi recommandé aux personnes pratiquant la pêche de loisir dans ces zones de ne pas consommer ces produits de la mer.

Des campagnes d’analyses de l’eau et des algues sont programmées par l’IFREMER jusqu’à fin septembre sur la Côte basque.

Outre la surveillance de l’eau, il a été demandé aux opérateurs de santé (services d’urgence, médecins généraliste, SOS médecin, pharmaciens...) de remonter à l’ARS tous les signalements de patients reçus qui présenteraient les symptômes tels qu’évoqués supra.

En savoir plus sur la micro-algue « Ostreopsis » :

C’est une microalgue tropicale, mais elle est présente depuis plusieurs années dans les eaux tempérées. Elle a été signalée en méditerranée dès 2006, il s’agit de l’Ostreopsis cf. ovata .

Dans les eaux de la côte basque on serait plutôt en présence d’une autre espèce : l’Ostreopsis cf. siamensis.

Ostreopsis est susceptible de produire des toxines pouvant affecter la santé, au niveau respiratoire et/ou cutané. Les baigneurs ou les promeneurs (inhalation, embruns) peuvent ressentir des symptômes grippaux ou cutanés (prurits et rougeurs).

Dans "Aller plus loin / documents à télécharger", l'affiche :

Affiche Présence potentielle de micro-algues toxiques - Pyrénées-Atlantiques (64)