Nouvelle-Aquitaine

Qu’est-ce qu’une infection sexuellement transmissible (IST) ?

Article
Visuel
Image IST Santé Publique France
Une IST est une Infection Sexuellement Transmissible, due à des bactéries, virus et parasites qui se transmet principalement lors des rapports sexuels non protégés
(rapport anal, vaginal ou oro-génital). Il existe plusieurs infections sexuellement transmissibles. Si la plupart se soignent facilement certaines, si elles ne sont pas traitées, peuvent entraîner de graves complications.
Corps de texte

La blennorragie gonococcique ou "chaude-pisse" :

Infection en recrudescence qui peut entraîner une atteinte des organes génitaux, du rectum ou de la gorge en fonction du type de rapports sexuels ainsi que des yeux chez le nouveau-né de mère infectée.

Elle est souvent silencieuse chez la femme. Si elle n’est pas traitée, elle peut entraîner une stérilité.

Les chlamydioses :

Il s’agit des infections les plus fréquentes entre 15 et 25 ans chez les femmes, et entre 15 et 34 ans chez les hommes. Elles sont en augmentation. Si elles ne sont pas traitées, elles peuvent causer la stérilité, des grossesses extra-utérines et une atteinte du nouveau-né est possible lors de l’accouchement si la mère est infectée.

Les papillomavirus (HPV) :

Il existe un risque de cancer du col de l’utérus pour certains papillomavirus;

Il est possible de se faire vacciner contre le HPV : la vaccination est recommandée pour les jeunes filles de 11 à 14 ans, ou plus tardivement mais avant le début de la vie sexuelle. Pour en savoir plus sur la vaccination contre le papillomavirus, cliquer ici : (lien vers page 03-04-06 " Vaccination " Prochainement)

L'herpès génital :

L'herpès génital, dont l'incidence est en augmentation, est causé par un virus appelé herpès simplex virus (HSV). Il existe deux types de virus HSV :

  • Le virus HSV1 est responsable de différentes formes d'infections herpétiques de la partie supérieure du corps (exemple : herpès labial) ;
  • Le virus HSV2 est à l'origine d'infections de la partie basse du corps (herpès génital).

Toutefois, il y a de plus en plus d'infections génitales dues au virus HSV1, favorisées par les pratiques sexuelles bucco-génitales.

On estime qu'en France, le virus HSV2 est présent chez 18 % des femmes et 14 % des hommes.

Les mycoplasmes et la trichomonase :

Les mycoplasmoses sont dues à une bactérie (mycoplasme). La trichomonase est due à un parasite (trichomonas vaginalis). Elles peuvent passer inaperçues et menacent la fertilité si elles ne sont pas traitées.

La syphilis :

Une bactérie (le tréponème pâle) est à l'origine de cette maladie. Depuis 2013, le nombre de syphilis récentes est en augmentation chez les hommes homo-bisexuels (qui représentent plus de 80 % des cas). Les cas féminins ne représentent que 4 %.

Si elle n’est pas traitée, la syphilis peut être, à long terme, à l’origine d’une atteinte systémique, dont celle du système nerveux central;

Elle peut être transmise au nouveau-né dont la mère est infectée.

Provoquée par un virus très contagieux (VHB), l'hépatite B atteint essentiellement le foie. Le nouveau-né peut également être atteint si la mère est infectée et non traitée.

Il est possible de se faire vacciner contre l'hépatite B : le vaccin est très efficace et protège toute la vie. Pour en savoir plus sur la vaccination contre le virus de l'hépatite B, cliquer ici : (lien vers page 03-04-06 " Vaccination " prochainement)

Complication à long terme d’une hépatite chronique : Un hépatome (cancer du foie). L’hépatite C est le plus souvent transmise par partage de matériel d’injection non stérile mais les autres voies de transmission, sexuelle, de mère à enfant, par tatouage, sont possibles; Les complications sont les mêmes que pour l’hépatite B.

Bandeau Numero Hepatite

Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) s'attaque aux cellules du système immunitaire, principalement à certains globules blancs (lymphocytes T4). Les défenses immunitaires sont donc affaiblies.

Les IST, dont l’incidence augmente, facilitent la transmission du VIH; Elles sont aussi le témoin d’une augmentation et d’une modification des prises de risque (recherche d’une augmentation des performances sexuelles sous l’emprise de toxiques).

 

A ce jour, aucun traitement n’élimine le virus VIH. Si on ne peut pas en guérir, on peut bloquer l’évolution de l’infection en associant plusieurs médicaments. Aujourd’hui les traitements du VIH sont à vie. S’ils sont bien suivis, ils permettent aux personnes séropositives de mener une vie presque normale : de travailler, d’avoir une vie amoureuse, des projets, des enfants.

Bandeau Numero SIDA

Pour trouver les coordonnées d'un centre de dépistage près de chez vous, consultez la rubrique "Où faire un dépistage ?"

 

Les IST ne sont pas une fatalité, il existe des gestes simples pour les éviter et stopper leur transmission :

1/ Utiliser un préservatif pour chaque rapport sexuel et avec chaque partenaire.
Attention : prendre une contraception ne protège pas des IST.

2/ Se faire dépister des IST comme du VIH, de manière régulière : Consultez la rubrique "Où faire un dépistage ?"