Nouvelle-Aquitaine

Prévenir les accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Article
Visuel
Image Affiche AVC Chaque minute compte
En Nouvelle-Aquitaine, les AVC touchent 2 personnes par heure. La prévention contre ces « attaques » est efficace, mais il faut aussi savoir reconnaître les signes d’un AVC pour agir vite et éviter les séquelles.
Corps de texte

Un accident vasculaire cérébral, également appelé « attaque », survient lorsque la circulation  sanguine dans ou vers le cerveau est interrompue, soit par un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique), soit par déchirure d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie dans le cerveau (AVC hémorragique).

En conséquence, les cellules du cerveau ne reçoivent plus l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin pour fonctionner normalement. Certaines sont endommagées, d’autres meurent.

L’hypertension artérielle est le principal facteur de risque, mais parfois il n’est pas possible de savoir ce qui a causé l’AVC.

  • les AVC ischémiques ou infarctus cérébraux représentent 80% des AVC
  • les AVC hémorragiques représentent (20% des AVC) 

Selon le type d’AVC (et notamment les AVC ischémiques), des traitements efficaces existent, mais ils ne peuvent être administrés que dans les 4h30 qui suivent le début de l’AVC. En effet, un diagnostic et une prise en charge précoces permettent de réduire de 30% la mortalité ainsi que le risque et la gravité des séquelles.

Il faut donc agir vite, chaque minute compte !

Image Affiche AVC Chaque minute compte
Il faut donc agir vite, chaque minute compte !

Une priorité, faire connaître les symptômes qui doivent alerter :

  • faiblesse d’un côté du corps,
  • paralysie du bras, du visage,
    qui peuvent être accompagnés de troubles de l’équilibre, de la vision ou de maux de tête.
    Si l’un de ces symptômes est constaté, et même s’il disparaît après quelques minutes, il peut s’agir d’un AVC.
  • difficulté à parler,

Un réflexe : appeler le 15 car chaque minute compte

À chaque minute qui s’écoule avant le traitement, le patient victime d’un AVC perd en moyenne 1,9 million de cellules cérébrales. Le risque de dégradation irréversible ou de décès augmente donc à chaque minute. Pour améliorer la prise en charge en urgence des patients, des services spécialisés pluridisciplinaires sont mis en place en France, les unités neuro-vasculaires (UNV).

Comme les joueurs de l’UBB, aidez-nous à relayer ces messages ! Partagez cette vidéo et téléchargez les supports de communication de cette campagne.

Pour les AVC, la bonne nouvelle est que la prévention est efficace !

Elle peut corriger les principaux facteurs de risque, qui sont d'ailleurs communs à l'ensemble des maladies cardiovasculaires : l'hypertension artérielle, l'arythmie cardiaque, l'hypercholestérolémie, le diabète, le tabagisme, l'obésité et l'alcoolisme chronique.

Image Affiche AVC Agissez

Trois comportements simples à adopter pour éviter les AVC :

  • Pratiquer une activité physique régulière,
  • Adopter une alimentation équilibrée et pauvre en sel,
  • En cas de traitement contre l'hypertension ou pour stabiliser le rythme cardiaque, bien respecter les prescriptions.

Aller plus loin

Documents à télécharger

Liens utiles

Les AVC en chiffres

En France :

  • 1ère cause de handicap acquis de l'adulte,
  • 3ème cause de mortalité,
  • 130 000 personnes atteintes chaque année d'un AVC, dont 1/3 garde des séquelles,
  • 75 % des personnes qui en sont atteintes ont plus de 65 ans, mais 15 000 hommes ou femmes de moins de 45 ans sont frappés chaque année,
  • L'hypertension artérielle est impliquée dans 80% des AVC,
  • L'arythmie cardiaque est responsable d'1 AVC sur 5.

En Nouvelle-Aquitaine Les AVC touchent en moyenne 2 personnes par heure  :

  • Chaque heure, 2 néo-aquitains sont victimes d’un AVC
  • 25% des AVC touchent des personnes de moins de 65 ans, c'est-à-dire des personnes en âge de travailler,
  • 57% des victimes d'AVC sont des femmes,
  • Le risque de récidive à 5 ans est de 30 à 43%