Nouvelle-Aquitaine

Plan d’actions régional en faveur de la santé bucco-dentaire 2018-2023

Article
Visuel
Visuel Plan bucco-dentaire NA 2018-2023
Afin d’améliorer l’accès à la santé bucco-dentaire pour tous, l’ARS Nouvelle Aquitaine et ses partenaires est la première région à avoir élaboré et adopté un plan régional d’accès aux soins bucco-dentaires en juillet 2019.
Corps de texte

La santé bucco-dentaire est souvent délaissée par une partie de la population Pourtant, une mauvaise santé bucco-dentaire influe négativement sur la santé globale en impactant le système immunitaire, le système respiratoire, les comportements alimentaires et la qualité de vie (douleurs, stress, sommeil, altération de l’estime de soi …) d’où l’intérêt d’un dépistage précoce des atteintes dentaires. Même si la tendance est vers une amélioration, cette évolution connaît des différences selon :

  • la typologie populationnelle (personnes âgées, personnes en situation de handicap, précaires),
  • les milieux sociaux
  • les territoires.

Dans la continuité du projet régional de santé, l’accès à la santé bucco-dentaire, pour tous, représente donc une priorité pour l’ARS Nouvelle-Aquitaine avec ses partenaires,  Conseil régional de l’ordre des chirurgiens-dentistes (CRO), Union régionale des professionnels de santé des chirurgiens-dentistes (URPS), Assurance maladie, UFR des sciences odontologiques de l’Université de Bordeaux, et les établissements et services promoteurs d’actions buccodentaires, qui souhaitent :

  • améliorer la prévention, dans un objectif de réduction des inégalités de santé,
  • faciliter un accès équitable et pertinent aux soins,
  • renforcer la qualité des soins et des prises en charge,
  • améliorer la transversalité, la cohérence du système de santé régional.

L’objectif général du plan d’actions régional en faveur de la santé bucco-dentaire est d’améliorer le parcours de santé bucco-dentaire - prévention, dépistage précoce (bilans) et soins – de l’ensemble des personnes, enfants et adultes, en Nouvelle-Aquitaine. Ses propositions d’actions se veulent complémentaires des mesures de droit commun avec des mesures renforcées pour les populations spécifiques dont l’état de santé bucco-dentaire est le plus dégradé ou porteur de graves retentissements sur l’état général de santé : personne en situation de handicap, de dépendance ou de précarité et personnes souffrant de maladies chroniques (diabète et maladies cardiovasculaires en particulier).