Parcours de soin global après le traitement du cancer

Article
Photo Viatrajectoire personne âgée

Dans le cadre de la stratégie nationale de santé, le Gouvernement a fixé comme objectif la mise en place d’un parcours de soins global après le traitement d’un cancer comprenant notamment un bilan fonctionnel et motivationnel d’activité physique pour les patients atteints d’un cancer afin d'améliorer la qualité de vie des patients, de réduire les risques de séquelles et de prévenir les rechutes.

Suite au décret n°2020-1665 du 22 décembre 2020 et à l'instruction du 27 janvier 2021 relatifs au parcours de soins global après le traitement d'un cancer, l'ARS Nouvelle Aquitaine a lancé un appel à projet afin de sélectionner les structures volontaires pour participer au déploiement des soins oncologiques de support (SOS).

La volonté de l’ARS est donc de débuter l’accompagnement vers l’après-cancer au plus tôt conformément aux préconisations de l’Institut national du cancer (INCa), et au plus près des patients bénéficiaires, le plus souvent hors hôpital, et ainsi de privilégier le parcours en ville, pour une prise en charge des patients par une structure de proximité.

Ce parcours de ville mis en œuvre après la fin du traitement actif s’inscrit dans la complémentarité du parcours hospitalier durant lequel le dispositif d’annonce et des soins de support sont mis à la disposition du patient.

La population visée est celle des patients atteints de cancer reconnus en affection de longue durée (ALD) et jusqu’à 12 mois après la fin du traitement. Ces personnes doivent détenir une prescription médicale réalisée uniquement par un médecin cancérologue, un pédiatre ou un médecin traitant.

Les patients prioritaires et pouvant bénéficier d’une prise en charge initiale gratuite sont (critères non cumulatifs) :

  • Pour les adultes :
    • Bénéficiaires de la CMU ou d’une aide médicale gratuite ;
    • Identifiés par la structure comme en grande difficulté socio-économique ;
  • Tous les enfants et adolescents relevant des services de pédiatrie ;
  • Adolescents et jeunes adultes (AJA de 15 à 24 ans) avec prises en charge dispersées dans les services adultes.

Chaque structure éligible devra s’engager à prendre en charge les patients atteints de cancer au-delà de sa propre patientèle et aura à contractualiser avec les professionnels de son territoire.

  • Un bilan fonctionnel et motivationnel d'activité physique (APA)
  • Un bilan et/ou des consultations diététiques et/ou psychologiques

Un financement ARS est possible dans la limite d'un panier de 180 € par patient.

Suite à ce premier appel à projet , le nombre de structures homologuées au niveau régional permet de couvrir une partie du territoire.

La liste des établissements homologuée est la suivante :

L'objectif est d'appuyer le développement de l'offre de support en ville et de privilégier des structures de proximité. Toutefois les établissements de santé ont été retenus en l’absence d’autres structures candidates à ce dispositif.

  • Effectuer l'ensemble des bilans et consultations, en rapport avec les soins oncologiques de support, par une équipe pluridisciplinaire en son sein ou en lien avec des professionnels ou associations externes.
  • Rémunérer les professionnels intervenant sur la base de justificatifs des bilans ou consultations de suivi réalisés.
  • Recueillir les données nécessaires à l'évaluation du dispositif.

L'évaluation repose sur :

1 - Un bilan quantitatif

  • Nombre et profil (diplômes, formations) de professionnels/type de soins de support
  • Délais entre prescription/bilan/1ère consultation
  • Nombre de bilans effectués (catégorisé en activité physique, psy ou diét) au total et nombre moyen par patient
  • Nombre de consultations /prises en charge effectuées après un bilan (diét, psy) et nombre moyen par patient
  • Nombre de patients bénéficiaires au total et par population (adulte / enfant/adolescent ou jeune adulte) et par type de soins de support
  • Profil des bénéficiaires (sexe, âge médian, type de cancer et de traitement, part des bénéficiaires CMU/CMU-C )

2 - Un bilan qualitatif

  • Satisfaction des patients bénéficiaires du parcours (à T0, T1)
    • Questionnaire de qualité de vie des bénéficiaires du parcours (à T0, T1)
    • 2ème évaluation
      • Satisfaction et qualité de vie ;
      • Changement des comportements : alimentation, activité physique, consommation de tabac et d’alcool
      • Impact sur la santé mentale et physique : Image de soi, Sexualité, vie affective et conjugale, Fatigue, Douleur, Santé mentale, Séquelles physiques spécifiques de certains cancers (sein, poumon…), Hypertension et maladies cardio-vasculaires, Autonomie/dépendance, Survie à 5 ans, Nombre de récidives ou de second cancer