Nouvelle-Aquitaine

Qualité de l’air intérieur

Article
Visuel
Illustration qualité de l'air intérieur
Nous passons la plus grande partie de notre temps dans des lieux clos (domicile, lieu de travail, école, transports, …) c’est pourquoi il importe d’être attentif à la qualité de l’air intérieur des bâtiments.
Corps de texte

De nombreuses substances en plus des polluants apportés par l’air extérieur peuvent être émises à l’intérieur des locaux, par les matériaux de construction, d’ameublement et de décoration, les colles, les appareils à combustion, les animaux domestiques et les activités humaines ( tabagisme, travaux d’entretien et de bricolage, cuisine, …).

Ces polluants peuvent avoir des effets sanitaires divers tels que : asthme, allergies respiratoires, irritation du nez et des voies respiratoires et certaines substances avoir un effet cancérigène.

Plusieurs études (Observatoire de la qualité de l’air intérieur : OQAI) démontrent qu’une bonne qualité de l’air à l’intérieur d’un logement ou d’un bâtiment à un effet positif sur :

  • Le bien –être des occupants
  • La diminution du taux d’absentéisme (locaux de travail)
  • L’apprentissage des enfants (locaux d’enseignement)

À la différence de la pollution de l’air extérieur, plus médiatisée, celle de l’air intérieur est restée relativement méconnue jusqu’au début des années 2000.

Pourtant, nous passons en moyenne, en climat tempéré, prés de 85 % de notre temps dans des environnements clos, et une majorité de ce temps dans l’habitat : domicile, locaux de travail ou destinés à recevoir du public, moyens de transport, dans lesquels nous pouvons être exposés à de nombreux polluants.

La nature de ces polluants dépend notamment des caractéristiques du bâti, des activités et des comportements (tabac, bricolage, peinture, etc…).

Ces polluants peuvent avoir des effets sur la santé et le bien-être, depuis la simple gêne (olfactive, somnolence, irritation des yeux et de la peau) jusqu’à l’apparition ou l’aggravation de pathologies aigues ou chroniques : allergies respiratoires, asthme, cancer, intoxication mortelle ( monoxyde de carbone ).

Pour en savoir plus "la rubrique dédiée aux intoxications au monoxyde de carbone ou invalidante, etc…"

La qualité de l’air intérieur apparaît aujourd’hui comme un enjeu majeur de santé publique, en témoigne la création par les pouvoirs publics en 2001 de l’observatoire de la qualité de l’air (OQAI) :

Pour en savoir plus : le site internet de l’observatoire de la qualité de l’air (OQAI)

Téléchargez l'affiche pollution de l'air :

Image Affiche Pollution de l'air

Les principales sources de pollutions de l’air intérieur des logements :

  • les activités humaines (tabagisme, activités de ménage, bricolage, séchage du linge à l’intérieur, utilisation de parfums d’intérieurs …)
  • le mode d’occupation des locaux (présence d’animaux, de plantes, …)
  • les matériaux de construction et de décoration (peintures, moquettes, vernis, colles, …)
  • les équipements (ameublement, système de ventilation et climatisation mal réglés ou mal entretenus, appareils de chauffage à combustion…)

Quelques recommandations pour préserver la qualité de l’air des logements :

Il est possible d’agir pour améliorer la qualité de l’air intérieur, notamment en choisissant des matériaux émettant moins de substances polluantes grâce à l’étiquetage mis en place et en améliorant les conditions d’aération des locaux.

Réduire les sources de pollution

Depuis le 1er janvier 2012, les nouveaux produits de construction et de décoration mis à disposition sur le marché doivent porter une étiquette, placée sur le produit ou son emballage indiquant leur niveau d’émission en polluants volatils une fois mis en œuvre. Cette obligation, étendue à l’ensemble des produits mis sur le marché depuis le 1er janvier 2013, couvre les revêtements de sol, mur ou plafond, les cloisons et faux plafonds, les produits d’isolation, les portes et fenêtres ainsi que les produits destinés à leur pose ou préparation.

Les caractéristiques d’émissions de substances sont formalisées selon une échelle de quatre classes, de A+ à C, la classe A+ indiquant un niveau d’émission très peu élevé et la classe C un niveau d’émission élevé.

Illustration échelle des émissions dans l'air intérieur

Par ailleurs, certaines substances chimiques classées cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques pour la reproduction (CMR) ont été interdites d’utilisation dans les matériaux de construction et les produits de décorations en 2009.

Adoptez les bons gestes

  • De l’air

Aérez au moins dix minutes par jour, hiver comme été (évitez d’aérer aux heures de fort trafic si vous habité prés d’une route, ou lors des campagnes d’épandage en zone plus rurale)

Aérez davantage quand vous bricolez, cuisinez, faites de ménage ou prenez un bon ou une douche

Étendez votre linge à l’extérieur si possible ou dans une pièce bien aérée

Ne fumez pas à l’intérieur, même avec les fenêtres ouvertes

  • Bien ventiler

Ne gênez pas le fonctionnement des systèmes d’aération et entretenez les régulièrement

  • Femmes enceintes et nourrissons

Soyez encore plus vigilante si vous êtes enceinte ou si vous allaitez

Évitez l’exposition aux produits chimiques (produits d’entretien, produits de bricolage, produits cosmétiques, bougies et encens) – lien vers la plaquette Bons gestes et vers la rubrique Stratégie Petite enfance

  • Pour vos appareils et produits

Faites vérifier chaque année avant le début de l’hiver les appareils à combustion par un professionnel

N’utilisez pas les chauffages d’appoint (hors électriques) en continu, ni les groupes électrogènes à l’intérieur.

Respectez les doses d’utilisation des produits d’entretien, d’hygiène et de bricolage conseillés sur l’étiquette

Téléchargez l'affiche qualité de l'air intérieur :

Image Affiche  Qualité de l'air intérieur

Le saviez-vous :

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle. Il provient principalement des sous-sols granitiques et volcaniques. Dans les régions dites à fort potentiel radon, au sein d’espaces clos mal ventilés, le radon peut se concentrer et exposer, à long terme les occupants à un risque de cancer du poumon. En France, le radon est la deuxième cause de cancer du poumon après le tabac

Pour en savoir plus : la rubrique "Le radon"

Répondez à quelques questions et vous obtiendrez un bilan de vos bonnes pratiques et des préconisations adaptées à votre situation, visant à améliorer la qualité de l’air chez vous :

Quizz « Un bon air chez moi » du site internet du Ministère de la Transition écologique et solidaire

Pour en savoir plus : Guide de la pollution de l’air intérieur

La loi portant engagement national pour l’environnement a rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans certains établissements recevant un public sensible. Les établissements concernés sont notamment ceux accueillant des enfants :

  • les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de 6 ans (crèches, haltegarderie...) ;
  • les centres de loisirs ;
  • les établissements d’enseignement ou de formation professionnelle du premier et du second degré (écoles maternelles, élémentaires, collèges, lycées…)

Les enfants peuvent en effet être exposés dans les écoles et les lieux d’accueil à plusieurs polluants émis par le mobilier, les produits d'entretien et les fournitures scolaires. Les concentrations en polluants mesurées dans l'air des écoles peuvent être parfois plus élevées que dans d'autres lieux de vie, du fait aussi de la densité d'occupation des locaux et d'un renouvellement de l'air souvent insuffisant.

Le décret n° 2015-1000 du 17 août 2015 a fixé les échéances suivantes :

  • 1er janvier 2018 pour les écoles maternelles, élémentaires et crèches,
  • 1er janvier 2020 pour les accueils de loisirs et les établissements d’enseignement du second degré et
  • 1er janvier 2023 pour les autres établissements.

Le dispositif réglementaire encadrant la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans ces établissements, comporte :

  • une évaluation des moyens d’aération qui peut être effectuée par les services techniques de l’établissement ;
  • la mise en œuvre, au choix :
    • d’une campagne de mesures de polluants (formaldéhyde, benzène, CO2 pour évaluer le confinement et éventuellement perchloroéthylène pour les établissements contigus à un pressing) par un organisme accrédité ;

    En cas de dépassement des valeurs limites, il est demandé à l'établissement de réaliser des investigations afin de déterminer les causes de ces dépassements. Pour ce faire, il est proposé aux établissements d'avoir recours à une liste d'organismes qui se sont engagés à respecter une charte permettant de garantir la mise en œuvre des meilleures pratiques.

    Il est possible de consulter cette liste ou de demander une adhésion au réseau via le lien suivant : ttps://reseau-labos.qai-ecoles-creches.fr/

    • d’une autoévaluation de la qualité de l’air au moyen du guide pratique, permettant d’établir un plan d’action pour l’établissement. Ce guide pratique a pour but de fournir une aide opérationnelle aux différentes catégories d’intervenants dans les établissements qui accueillent des enfants (équipe de gestion, responsable des activités dans la pièce occupée, services techniques et personnel d’entretien) afin d’engager une démarche proactive et coordonnée d’amélioration de la qualité de l’air intérieur. Son utilisation vise à identifier rapidement des actions favorables à la qualité de l’air intérieur via des grilles d’autodiagnostic des pratiques observées et d’identification préliminaire des sources potentielles présentes dans ou autour de l’établissement. Les établissements concernés sont alors sont invités à apposer une affiche informant les usagers de la démarche engagée par l’établissement.

Ainsi la surveillance de la qualité de l'air intérieur (QAI) est obligatoire dans les écoles maternelles et élémentaires ainsi que dans les crèches depuis 1er janvier 2018, c’est-à-dire que l’évaluation des moyens d’aération ainsi que des mesures de la qualité de l’air ou un plan d’actions doivent avoir été réalisés pour cette date.

Une brochure détaille les modalités de surveillance de la qualité de l’air dans les lieux accueillant des enfants :

Dans le domaine de la qualité de l’air intérieur l’agence régionale de santé :

  • contribue à l’information et à la sensibilisation du public, des élus, et des professionnels sur les risques sanitaires et sur les facteurs susceptibles d’affecter la qualité de l’air intérieur ;
  • réalise des enquêtes dans les bâtiments (habitations, établissements recevant du public) sur divers problèmes liés à la qualité de l’air intérieur, notamment les intoxications au monoxyde de carbone, les cas de légionelloses, les problèmes liés à l’humidité ;
  • informe les établissements sanitaires et médicosociaux de leurs obligations réglementaires vis-à-vis de l’amiante (diagnostic, travaux, …).

Aller plus loin

Conseillers médicaux en environnement intérieur

Les conseillers médicaux en environnement intérieur sont des professionnels, issus du monde de la santé ou de l’habitat, bénéficiant d’une formation universitaire spécifique sur la qualité de l’air intérieur et sur impact sur la santé. En Nouvelle-Aquitaine, ils peuvent réaliser sur prescription médicale par un médecin spécialiste (pneumologue, allergologue, pédiatre,…), une visite du domicile du patient pour repérer les substances susceptibles de nuire à la santé et de conseiller sur les bonnes pratiques propres à limiter les expositions. À l’issue de cette visite un rapport est transmis au patient et au médecin prescripteur.

Le site des Conseillers Médicaux en Environnement Intérieur (CMEI)

Le ministère en charge de l’environnement participe au financement de l’étude « Évaluation clinique et étude d’impact économique de l’intervention de conseillers en environnement intérieur au domicile de patients asthmatiques » pilotée par le CHU de Rennes en vue d’évaluer l’efficacité de l’action des conseillers en environnement intérieur pour des patients asthmatiques. Les résultats de cette étude sont attendus pour 2019

Si vous êtes particuliers ou professionnels de santé et que vous souhaitez bénéficier de la visite d’un CMEI, merci d’adresser un mail à l’adresse suivant : ars-na-pse@ars.sante.fr, la procédure pourra alors vous êtes précisée.

La qualité de l’air et ma santé – Changez d’air

Dans le cadre du PRSE 2 Poitou Charentes l’IREPS (Instance régionale de l’éducation et promotion de la santé), la mutualité française, les P’tits débrouillards et la Bêta Pi, en partenariat avec l’agence régionale de santé et la DREAL ont édité un guide « La qualité de l’air et ma santé » à destination des enseignants de cycle 2 et 3. Ce guide propose des pistes pédagogiques pour sensibiliser les enfants à la promotion de la santé et aux risques liés à la pollution de l’environnement.

Pour en savoir plus : Le Guide PRSE2 - La qualité et de l'air et ma santé

Depuis 2015, la Mutualité Français et ses partenaires, dont l’agence régionale de santé lancent un concours d’affiches Changez d’air ! destiné aux enfants d’écoles primaires. Ce concours doit permettre de sensibiliser les scolaires à la qualité de l’air intérieur.

Cette action initialement picto-charentaise et depuis 2017 néo-aquitaine, un concours est organisé sur le périmètre des trois rectorats (Bordeaux, Limoges et Poitiers).

L’affiche Lauréate pour 2017 réalisée par les élèves de cycle 3 de l’école Millevignes à Segonzvac :

Image Affiche Concours "changez d'air !" 2016 - 2017