Nouvelle-Aquitaine

Qualité de l'air et pollution atmosphérique

Article
Visuel
Photo pollution ville
Designed by Freestockcenter - Freepik.com
La pollution de l’atmosphère est un enjeu majeur de santé publique par son impact sur l’ensemble de la population, qui intervient dès les plus faibles niveaux de pollution. Suivant le polluant en cause et les niveaux et de pollution atteints, l’ARS Nouvelle Aquitaine diffuse aux populations cibles, les principales informations et recommandations sanitaires en cas d'épisode de pollution.
Corps de texte

Seuil d’alerte

Il correspond à un niveau de concentration de polluants dans l’atmosphère au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé humaine ou de dégradation de l’environnement à partir duquel des mesures d’urgence doivent être prises.

Seuil d’information

Il correspond à un niveau de concentration de polluants dans l’atmosphère au-delà duquel la concentration en polluants a des effets limités et transitoires sur la santé de catégories de la population particulièrement sensibles

Populations les plus concernées

Populations vulnérables: Femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardio-vasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques.

Populations sensibles: Personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple: personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).

Les différents seuils :

1 - Seuil d’information / recommandation

A la population générale, et plus spécifiquement aux catégories de la population particulièrement vulnérables ou sensibles  (le ministère de la santé a précisé par arrêté du 20 août 2014  relatif aux recommandations sanitaires en vue de prévenir les effets de la pollution de l’air sur la santé les définitions des populations vulnérables d’une part et populations sensibles d’autre part) :

Pour les populations vulnérables et sensibles : réduire ou éviter les activités physiques et sportives intenses (obligeant à respirer par la bouche) en plein air ou en intérieur.

Pour la population générale : pas de modification des activités habituelles.
En cas d’épisode de pollution à l’ozone, les activités intérieures intenses physiques et sportives peuvent être maintenues.

En cas de gêne inhabituelle, il convient de prendre conseil auprès du médecin et du pharmacien ;

De manière générale :

  • se renseigner sur la qualité de l’air ;
  • veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par la pratique d’autres activités émettrices de substances polluantes (usage de solvants sans protection appropriée, consommation de tabac) ;
  • éviter les sorties près des grands axes routiers ;
  • éviter les sorties en début de matinée et fin de journée et, en cas d’épisode de pollution à l’ozone
  • si le maintien à l’intérieur réduit vos symptômes : privilégier les sorties brèves et avec moins d’effort qu’à l’habitude ;
  • la situation lors d’un épisode de pollution ne justifie pas des mesures de confinement ; il convient donc de ne pas modifier les pratiques habituelles d’aération et de ventilation

2 - Seuil d’alerte

A la population générale, et plus spécifiquement aux catégories de la population particulièrement vulnérables ou sensibles :

Pour les populations vulnérables et les populations sensibles: Éviter les activités physiques et sportives intenses (obligeant à respirer par la bouche) en plein air ou en intérieur et reporter les activités qui demandent le plus d’effort. Prendre conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement doit être adapté.

Pour la population générale : Réduire et reporter les activités physiques et sportives intenses (obligeant à respirer par la bouche) en plein air ou en intérieur.
En cas d’épisode de pollution à l’ozone, les activités intérieures peu intenses réalisées en intérieur peuvent être maintenues.

En cas de symptômes inhabituels ou en cas de gêne respiratoire, cardiaque inhabituelle : prendre conseil auprès du médecin, du pharmacien ou de la permanence téléphonique médicale du centre spécialisé de l’hôpital Fernand Widal.

De manière générale :

  • se renseigner sur la qualité de l’air ;
  • veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par la pratique d’autres activités émettrices de substances polluantes (usage de solvants sans protection appropriée, consommation de tabac) ;
  • éviter les sorties près des grands axes routiers.
  • éviter les sorties en début de matinée et fin de journée et en cas d’épisode de pollution à l’ozone
  • si le maintien à l’intérieur réduit vos symptômes : privilégier les sorties brèves et avec moins d’effort qu’à l’habitude ;

la situation lors d’un épisode de pollution ne justifie pas des mesures de confinement ; il convient donc de ne pas modifier les pratiques habituelles d’aération et de ventilation

 

Avis du Haut Conseil de la Santé Publique relatif aux messages sanitaires à diffuser lors d’épisodes de pollution de l’air ambiant par les particules, l’ozone, le dioxyde d’azote et/ou le dioxyde de soufre du 15 novembre 2013

Le Haut Conseil de la Santé Publique précise les points suivants et recommande de :

  • ne pas modifier les pratiques habituelles d’aération et de ventilation, la situation lors d’un épisode de pollution ne justifiant pas des mesures de confinement ;
  • ne pas aggraver les effets de cette pollution en ajoutant des facteurs irritants : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, chauffage au bois, exposition aux pollens en saison, etc. ;
  • inviter les responsables d’activités spécifiques (directeur (trice)s d’établissements scolaires ou préscolaires/périscolaires et de maisons de retraite, organisateurs de manifestations sportives, etc.) à identifier les personnes sensibles hors de tout épisode de pollution pour pouvoir cibler leurs actions en cas de besoin ;

Fait les recommandations suivantes en cas d’épisode de pollution :

Cible des messages

Message d’information et de recommandation

Populations vulnérables et leur entourage (aidants)

Femmes enceintes, nourrissons et enfants de moins de 5 ans, personnes de plus de 65 ans, sujets asthmatiques, souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires.

Population sensibles*

Réduisez, voire évitez, les activités physiques et sportives intenses** (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur.

• Si vous ressentez des symptômes, et que ceux-ci sont moins gênants quand vous restez à l’intérieur, privilégiez des sorties plus brèves qui demandent moins d’effort que d’habitude.

• Evitez de sortir en début de matinée ou en fin de journée et aux abords des grands axes routiers (renseignez-vous auprès d’AIRPARIF sur les sites les plus pollués) :

• En cas de symptômes ou d’inquiétude, prenez conseil auprès de votre médecin ou pharmacien.

Messages spécifiques en cas d’épisode de pollution à l’ozone : "Les activités physiques et sportives intenses intérieures peuvent être maintenues. Evitez de sortir en début d’après-midi entre 12h et 16h"

Population générale

Il n’est pas nécessaire de modifier vos activités habituelles.
Cependant, en cas de gêne inhabituelle (par exemple : fatigue, mal de gorge, nez bouché, toux, essoufflement, sifflements, palpitations), prenez conseil auprès de votre médecin ou pharmacien.

  •  Message pour le seuil d'alerte

Cible des messages

Message d'alerte

 

Populations vulnérables et leur entourage (aidants)

Femmes enceintes, nourrissons et enfants de moins de 5 ans, personnes de plus de 65 ans, sujets asthmatiques, souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires.

Populations sensibles*

Evitez les activités physiques et sportives intenses, en plein air ou à l’intérieur.

• En cas de gêne respiratoire ou cardiaque inhabituelle, consultez votre médecin ou pharmacien ou 01.40.34.76.14 (permanence médicale du centre anti poison de Paris).

• Si vous sentez que vos symptômes sont moins gênants quand vous restez à l’intérieur, privilégiez des sorties plus brèves que d’habitude. Evitez de sortir en début de matinée et en fin de journée et aux abords des grands axes routiers. Reportez les activités qui demandent le plus d’effort.

Messages spécifiques en cas d’épisode de pollution à l’ozone : «Les activités intérieures peu intenses peuvent être maintenues. Evitez de sortir en début d’après-midi entre 12 h et 16h.»

Population générale

Réduisez et reportez les activités physiques et sportives intenses, en plein air ou en intérieur jusqu’à la fin de l’épisode si des symptômes sont ressentis (fatigue inhabituelle, mal de gorge, nez bouché, toux, essoufflement, sifflements, palpitations), et prenez conseil auprès de votre médecin.

  • * Personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics ; par exemple : personnes diabétiques, immunodéprimées, souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux.
  • ** Activités physiques et sportives intenses : exercice qui oblige à respirer par la bouche.
  • Seuils de déclenchement des deux niveaux de la procédure d’information et d’alerte du public (arrêté inter préfectoral du 7 juillet 2014)
  • Les seuils de déclenchement de chaque niveau sont, pour chacun des polluants, exprimés en microgrammes par mètre cube en moyenne horaire, ou pour les particules, en moyenne sur une période fixe de 24 h.

 

Dioxyde d’azote (NO2)

Dioxyde de soufre (SO2)

Ozone (O3)

Seuils du niveau d’information et de recommandations

200 µg / m3

300 µg/m3

180 µg/m3

Seuils du niveau d’alerte

400 µg / m3 ou 200 µg / m3 (à condition que la procédure d’information et de recommandations pour ce polluant ait été déclenchée la veille et le jour même et que les prévisions fassent craindre un nouveau risque de déclenchement pour le lendemain).

500 µg / m3 (moyenne horaire dépassée pendant trois heures consécutives)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Particules (PM10)

Seuils du niveau d’information et de recommandations

50 μg / m3 en moyenne calculé sur la période entre 0 et 24 heures

Seuils du niveau d’alerte

80 μg / m3 en moyenne calculé sur la période entre 0 et 24 heures