Nouvelle-Aquitaine

Piscines et bains à remous à usage collectif sous surveillance

Article
Visuel
Photo enfant dans une piscine
Toute piscine, non réservée à l'usage personnel d'une seule famille, doit être déclarée en mairie et répondre à des exigences sanitaires en vue de limiter l’exposition des baigneurs à des dangers physiques, chimiques et microbiologiques.

Près de 2900 piscines en Nouvelle-Aquitaine sont ainsi soumises au contrôle sanitaire organisé par l’Agence régionale de santé.
Corps de texte

La fréquentation des piscines, conjuguée à la présence d’eau, à la chaleur, à l’humidité constitue un risque sanitaire pour les baigneurs.

Pour prévenir ces risques, l’ARS s’assure du bon état sanitaire des piscines:

  • en contrôlant le respect des règles d’hygiène, de conception et de maintenance des installations et la qualité de l’eau des bassins,
  • en réalisant des actions d’information et de sensibilisation du public et des gestionnaires de piscines.

Des risques microbiologiques

Différents microorganismes pathogènes peuvent être présents dans l’eau des piscines, en raison des conditions favorables à leur développement (chaleur, humidité) et des baigneurs qui constituent la source principale d’apports de pollution microbiologique, en particulier en période de forte fréquentation.

Ces microorganismes peuvent être à l’origine d’infections cutanées (mycoses, eczéma, verrues plantaires), d’affections ORL (otites, angines, rhinites, conjonctivites) ou digestives et dans une moindre mesure, d’affections pulmonaires. Un bon entretien de la piscine (désinfection, renouvellement de l’eau) et le respect des règles d’hygiènes par les usagers permettent de lutter efficacement contre ces risques.

Des risques chimiques

Le risque chimique se traduit par la présence de dérivés chlorés issus des bassins dans l’atmosphère des piscines couvertes. Les produits de désinfection de l’eau (chlore, ozone…) réagissent avec les substances organiques azotées apportées par les baigneurs (sueur, urine, salive, cosmétiques...), et forment des sous-produits qui sont des contaminants chimiques nocifs comme les trichloramines.  Ces composés peuvent entrainer des troubles respiratoires (asthme, bronchites, etc.), cutanés (eczémas), et oculaires.

Des risques de chute et de noyade

Pour éviter les chutes et glissades, le règlement intérieur de chaque piscine interdit aux baigneurs de courir sur les plages. Les surfaces doivent être antidérapantes et conçues pour éviter le ruissellement de l’eau vers les bassins. Les rebords de bassins et équipements annexes doivent être conçus avec des angles arrondis pour limiter les conséquences d’une chute.

La mise en place de systèmes de sécurité et la surveillance par des personnes titulaires d’un diplôme adéquat permettent d’assurer la sécurité des baigneurs.

Pour les piscines à usage familial des règles spécifiques sont rappelées dans un guide de prévention des noyades dans les piscines privées.

L’ARS contrôle les piscines publiques mais aussi sur les établissements de bains de gestion privée (campings, hôtels, centres de remise en forme, etc…) et les gites collectifs déclarés à l’ARS. Les bains à remous à usage collectif et recevant du public sont soumis à ce contrôle

Les contrôles portent notamment sur l'hygiène générale de l'établissement et la qualité de l'eau des bassins. Les résultats des analyses sont communiqués aux gestionnaires des piscines qui doivent les porter à la connaissance des usagers par affichage dans la piscine.

Consultez les résultats des analyses du contrôle sanitaire des eaux de piscine :

Le site du Ministère de la santé "eaux de piscines" - Résultats des analyses du contrôle sanitaire des eaux de piscines
Piscines - Affiche "Préservons notre santé à la piscine"

Les baigneurs peuvent contribuer à la bonne qualité de l'eau en suivant des règles d'hygiène simples. Un passage aux toilettes et une douche savonnée, avant l'entrée dans l'eau, permettent de réduire l'apport de matières organiques (urine, sueur, cosmétiques,…) à l'origine de la création de chloramines irritantes pour les yeux, les muqueuses et l'appareil respiratoire.

Un poster et cinq affiches « Préservons notre santé à la piscine » sont mises à disposition des gestionnaires de piscines pour sensibiliser les baigneurs.

Mallette pédagogique Malo à l’eau

La mallette Malo à l’eau est destinée aux élèves des grandes sections maternelles et des classes CP et CE1 d'école primaire. Elle a été conçue pour accompagner les enseignants, maîtres-nageurs sauveteurs, éducateurs sportifs, parents d’élèves, dans la mise en œuvre des actions de sensibilisation et d’apprentissage. Au-delà des bulles de savon traitant des questions d’hygiène, cette mallette propose des bulles de savoir sous forme de pistes d’exploitations transversales.

Une piscine mal conçue ou mal entretenue peut être la source d’inconfort voire de risques sanitaires pour les baigneurs.

Une brochure « L’essentiel pour entretenir votre piscine » a été conçue en mai 2010 pour apporter aux gestionnaires publics et privés de piscines ouvertes au public les informations sur les règles à respecter pour le bon fonctionnement des installations de traitement de l’eau, mais également vis-à-vis de l’entretien des locaux.

Les spas sont des piscines généralement de petit volume et de faible profondeur utilisées collectivement à des fins de relaxation.

La survenue de plusieurs cas groupés de légionellose en lien avec la fréquentation de spas à usage collectif et recevant du public, et leur installation croissante dans les complexes aquatiques, les clubs de sport, les hôtels et les établissements de détente, nécessitent une attention quotidienne pour assurer la sécurité sanitaire des usagers.

La circulaire N°DGS/EA4/2010/289 du 27 juillet 2010 fournit un guide d'informations relatif à la prévention des risques infectieux et notamment de la légionellose pour les exploitants des bains à remous à usage collectif et recevant du public.

Pour en savoir plus sur la prévention de la légionellose dans les spas :

Site du ministère de la santé