Don et greffe d’organes et de tissus

Article
Visuel
Visuel dons organes

La greffe d'organes est un acte médical de la dernière chance. Elle devient nécessaire pour remplacer ou suppléer un organe défaillant lorsque l’état du malade se dégrade. Mais pas de greffe sans don d’organes :
le don et la greffe d’organes sont intimement liés !

Corps de texte

Des organes peuvent être prélevés chez un donneur vivant (comme le rein), mais la majorité des prélèvements sont réalisés chez des donneurs décédés (80%).

Le professeur Jean DAUSSET, prix Nobel de médecine en 1980 pour ses travaux sur le système immunitaire disait : « Le don de vie, quoi de plus beau ! »

Le don et la greffe concernent des organes (rein, foie, cœur, poumon, pancréas et intestin) et des tissus (cornée, vaisseaux, peau, valves cardiaques et os). Lorsqu’une personne décède à l’hôpital, la cellule de coordination de prélèvement d’organes de l’établissement se rapproche de la famille pour se renseigner sur la volonté du défunt.

En l’absence d’opposition et lorsque les analyses de laboratoire et examens d’imagerie montrent une bonne qualité des greffons, le prélèvement est effectué par une équipe spécialisée. Les organes sont conditionnés dans des conteneurs spécifiques puis transportés très rapidement vers les hôpitaux où auront lieu les greffes.

Quant aux tissus, ils seront conservés dans des banques de tissus qui en gèrent la distribution.

Une greffe peut mobiliser jusqu’à 8 personnes pendant plus de 12 heures. Grâce à la greffe, une autre vie va pouvoir se poursuivre !

En France :

1 700 prélèvements et 6 000 greffes d’organes par an

2/3 reins et 1/4 foie

66 000 personnes vivant grâce à un organe greffé

Mais …

17 000 personnes en attente d’une greffe

700 personnes par an décédées en attendant une greffe

1/3 de refus de prélèvement

En Nouvelle-Aquitaine :

200 prélèvements et 450 greffes d’organes par an

17 établissements préleveurs et 3 établissements greffeurs

Les trois grands principes énoncés par la loi de bioéthique en décembre 1976 sont :

  • Le consentement présumé : tout défunt est donneur sauf s’il a exprimé son refus de son vivant. Cette opposition peut être inscrite au registre national des refus tenu par l’Agence de biomédecine (cf. bloc 6).
  • La gratuité du don : il s’agit d’un acte de générosité et de solidarité, toute rémunération en contrepartie est interdite.
  • L’anonymat entre le donneur et le receveur : le nom du donneur ne peut être communiqué au receveur, et réciproquement.

Pour en savoir plus :

Agence de biomédecine / dons d'organes

Actuellement en France, le nombre de donneurs est inférieur au besoin, si bien que chaque année, on dénombre 700 décès de malades en attente de greffe

Etre donneur, c’est permettre à 4 personnes de retrouver un organe fonctionnel. Une fois la greffe réalisée, les symptômes liés à l’insuffisance de l’organe défaillant sont contrôlés et les traitements de suppléance peuvent être arrêtés.

Dans l’insuffisance rénale chronique, la greffe rénale offre un retour à une vie quasi-normale en permettant d’arrêter les 3 séances hebdomadaires de filtration du sang pour épuration. Elle nécessite cependant la prise d’un traitement immunosuppresseur pour prévenir le rejet de greffe.

Le don après le décès

Le don d’organes est possible à tout âge. Pour que son choix soit entendu, bien compris et respecté de tous, mieux vaut le faire connaître en temps utile auprès de l’entourage, soit par écrit, soit par oral, pour clarifier la situation, pour les proches et pour l’équipe médicale. Attention, la carte de donneur n’aura qu’une valeur indicative dans ces discussions.

Toute personne peut s’opposer au don de ses organes ou de ses tissus. La loi prévoit trois moyens pour exprimer son refus :

  • Le Registre national des refus géré par l’Agence de la biomédecine (cf. bloc 6)
  • Un refus par écrit daté et signé remis aux proches
  • Un refus par oral retranscrit par les proches sur un écrit signé

Le don vivant

Le don vivant ne peut bénéficier qu’à un malade proche. Le donneur doit être majeur et remplir des conditions médicales très strictes. Il doit exprimer son consentement libre et éclairé devant un représentant de l’état. Ce consentement est révocable à tout moment jusqu’à l’opération.

Contact des établissements acteurs de la région

Département

Site

Contact

Charente (16)

CH Angoulême

don.organes@ch-angouleme.fr

Charente-Maritime (17)

CH La Rochelle

don.dorganes@ch-larochelle.fr

CH Saintes

pmo@ch-saintonge.fr

Corrèze (19)

CH Brive-la-Gaillarde

coordination-prelevements@ch-brive.fr

Creuse (23)

CH Guéret

chpot@ch-gueret.fr

Dordogne (24)

CH Périgueux

coordination.hospitaliere@ch-perigueux.fr

Girondes (33)

CHU Bordeaux

coordination.prelevements@chu-bordeaux.fr

CH Libourne

coordination@ch-libourne.fr

Landes (40)

CH Mont-de-Marsan

coordination.hospitaliere@ch-mt-marsan.fr

CH Dax

coordination-preleve@ch-dax.fr

Lot-et-Garonne (47)

CH Agen Nérac

pmot@ch-agen-nerac.fr

Pôle de santé du Villeneuvois

reseau.greffe@ch-stcyr.fr

Pyrénées-Atlantiques (64)

CH Côte Basque

coordination.hosp@ch-cotebasque.fr

CH Pau

pmo@ch-pau.fr

Deux-Sèvres (79)

CH Niort

thierry.bourlaud@ch-niort.fr

Vienne (86)

CHU Poitiers

dons.organes@chu-poitiers.fr

Haute-Vienne (87)

CHU Limoges

coordination-de-prelevements@chu-limoges.fr

Liste des associations agréées

Agrément

Nom court

Nom complet

Site

Ministère des Solidarités et de la Santé
-
National

FFAGCP

Fédération Française des Associations des Greffés du Cœur et des Poumons

www.france-coeur-poumon.asso.fr

France Rein

France Rein : réseau solidaire en action

www.francerein.org

Renaloo

Association de patients et de proches concernés par l’insuffisance rénale, la dialyse et la greffe de rein

www.renaloo.com

Transhépate

Fédération nationale des déficients et transplantés hépatiques

www.transhepate.org

Vaincre la Mucoviscidose

 

Vaincre la Mucoviscidose

www.vaincrelamuco.org

Ministère des Solidarités et de la Santé
-
Régional

Association AMATHSO

Association des malades

et transplantés Hépatiques du Sud-Ouest

www.amathso.org

Ministère de l’Education Nationale

France ADOT*

Fédération des Associations pour le Don d’Organes et de Tissus humains

www.france-adot.org

L’Agence de la biomédecine est une agence publique nationale de l’Etat créée par la loi de bioéthique de 2004, sous tutelle du Ministère de la Santé. Elle encadre, accompagne, évalue et informe pour améliorer l’accès aux soins et la qualité de vie des patients dans les domaines utilisant des éléments des produits du corps humain, à l’exception du sang :

  • Prélèvement et de la greffe d’organes et de tissus
  • Prélèvement et de la greffe de moelle osseuse
  • Procréation médicale assistée
  • Recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines
  • Diagnostic prénatal, préimplantatoire
  • Génétique humaine

L’Agence de la biomédecine s’appuie sur une organisation territoriale pour la représenter auprès des ARS et travailler avec les professionnels de santé dans les hôpitaux.

Elle structure son action autour de grandes orientations stratégiques. Le contrat d’objectifs et de performance 2017-2021 de l’Agence de la biomédecine est un document stratégique destiné à formaliser et contractualiser avec l’Etat les grandes orientations en matière de contribution à la santé publique, de performance et d’efficience, en lien avec ses partenaires institutionnels (tutelles, système d’agences, ARS). Elle publie également chaque année les résultats des différentes activités qu’elle encadre.

Pour en savoir plus :

https://www.agence-biomedecine.fr
https://rams.agence-biomedecine.fr/

Aller plus loin

Contact

Contenu

>>> Réseau CORENTAIN

CHU de Bordeaux - Coordination des prélèvements d'organes et de tissus

>>> ARS Nouvelle-Aquitaine
Pôle Offre de Soins - Direction de l’Offre de Soins et de l’Autonomie

ars-na-dosa@sante.fr