Surpoids et obésité

Article
Visuel Pesée

L’obésité se caractérise par un important excès de poids. Maladie aux causes multiples, elle touche 8 millions de personnes en France. Elle peut se prévenir, notamment dans ses formes sévères, et doit être prise en charge de façon graduée et dans une approche pluridisciplinaire.

L’obésité est une maladie chronique évolutive qui se caractérise par un important excès de poids. Elle est diagnostiquée par le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC). Si l’IMC est compris :

  • Entre 25,0 et 29,9 kg/m², il existe un surpoids ;
  • Entre 30,0 et 34,9 kg/m², il s’agit d’obésité modérée ;
  • Entre 35,0 et 39,9 kg/m² : il s’agit d’obésité sévère ;
  • Plus de 40 kg/m² : il s’agit d’obésité morbide ou massive.

Les causes du surpoids et de l’obésité sont complexes et multiples, entre autres :

  • Alimentation déséquilibrée
  • Réduction importante de l’activité physique
  • Modification des rythmes de vie
  • Facteurs psychologiques
  • Facteurs génétiques
  • Arrêt du tabac
  • Prise de certains médicaments
  • Périodes critiques de la vie (grossesse, ménopause…)

Le surpoids et l'obésité prédisposent à la survenue d’autres maladies et diminuent la qualité de vie. En effet, les personnes en situation de surpoids ou d’obésité présentent un risque plus élevé de développer, entre autres :

  • Des maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral…) ;
  • Des maladies métaboliques (diabète de type 2, stéatose du foie, goutte…) ;
  • Des problèmes articulaires (arthrose, lombalgies…) ;
  • Des cancers (cancer de l’œsophage, de l’endomètre, du rein…) ;
  • Des problèmes psychologiques (mésestime de soi, dépression, stigmatisation…).

  • En France, 17 % de la population adulte est obèse, ce qui représente plus de 8 millions de personnes dont 500 000 en situation d’obésité sévère ;
  • En France, 17% des enfants et adolescents sont en surpoids dont 4% en situation d’obésité ;
  • En Europe, l’obésité est responsable de 10 à 13% des décès ;
  • La prise en charge des personnes en situation d’obésité par l’Assurance maladie représente 2,8 milliards d’€ en soins de ville et 3,7 milliards d’€ à l’hôpital.

Enquête Zoom Santé 2021, Observatoire Régional de la Santé Nouvelle-Aquitaine (2)

En Nouvelle-Aquitaine, 53 % des habitants adultes sont en surcharge pondérale (33 % en surpoids et 21 % obèses). Par rapport à 2018, cette proportion est en augmentation, particulièrement pour les femmes et les cadres et les professions intellectuelles supérieures, et essentiellement concernant l’obésité (21 % vs 15 %). La prévalence de la surcharge pondérale est plus élevée chez les hommes. Elle est également plus élevée chez les ouvriers et les chômeurs, les personnes ayant un niveau d’études inférieur au baccalauréat ou encore chez les ruraux et chez les habitants des petites communes urbaines. Elle augmente avec l’âge (d’où une prévalence plus élevée chez les retraités) et est différente selon les départements, allant de 50 % en Gironde à 60 % en Corrèze.

Cartographie de la prévalence de la surcharge pondérale selon les département de résidence en Nouvelle-Aquitaine

(1) https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/obesite/

(2) https://www.ors-na.org/wp-content/uploads/2022/04/131.Zoom_2022.pdf

La prise en charge de l’obésité est graduée et l’on distingue trois niveaux de soins, selon le stade de sévérité ou de complexité de l’obésité (niveau d’excès de poids, existence de comorbidités ou de complications, contexte psychopathologique et sociologique familial, existence de prises en charge antérieures).

Visuel Prise en charge obésité - Niveaux de recours

Source : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/obesite/article/la-prise-en-charge-graduee-de-l-obesite-430295

  • Soins de premier recours

A vocation de repérage, de diagnostic, d’orientation et de suivi, ils sont dispensés par des professionnels dits « de proximité », à savoir les médecins généralistes, les professionnels des centres de santé, les pharmaciens, les infirmiers, les diététiciens, les masseurs-kinésithérapeutes, les enseignants en activité physique adaptée (APA), les établissements de santé de proximité.

Les médecins du travail, les médecins scolaires et les médecins de protection maternelle et infantile (PMI) sont également des interlocuteurs privilégiés à ce stade de la prise en charge.

  • Soins de deuxième recours

Les soins de 2ème recours sont assurés par des médecins spécialisés en nutrition, en endocrinologie ou d’autres spécialités concernées, vers lesquels les personnes en situation d’obésité ont été orientées. A l’échelle infrarégionale, ils sont dispensés en ville ou au sein d’établissements de santé qui vont assurer la prise en charge médicale et/ou chirurgicale en lien avec les établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisés en « affections digestives, métaboliques et endocriniennes ».

Les professionnels de ces établissements de santé peuvent s’adresser à leurs référents des centres spécialisés de l’obésité (CSO) selon le degré de sévérité et/ou de complexité de l’obésité de la personne prise en charge.

Réseau pour la Prévention et le Prise en charge de l’Obésité Pédiatrique (RéPPOP) Aquitaine

Le RéPPOP Aquitaine, partenaire du CSO pédiatrique Aquitaine, a pour objectif d'améliorer la prévention et la prise en charge de l’obésité de l’enfant et de l’adolescent en Aquitaine.

Il propose une prise en charge de proximité et multidisciplinaire, réunissant les professionnels de santé de ville, les hospitaliers et les institutionnels (médecins et infirmières scolaires, médecins des PMI et des crèches…), en lien avec l’équipe de coordination du réseau.

Cette prise en charge dure deux ans, durant lesquels le patient peut bénéficier d'un suivi médical régulier, accompagné éventuellement d'un suivi diététique et/ou d'un suivi psychologique.

Le RéPPOP propose également des séances d’éducation thérapeutique en groupe, pour les enfants et leurs parents et également pour les adolescents.

Les missions propres du RéPPOP Aquitaine sont de :

  • Proposer une prise en charge pour les enfants et adolescents relevant des niveaux de recours 1 et 2 ;
  • Mettre en place des actions de prévention ;
  • Harmoniser les pratiques professionnelles.

Un projet d’amorçage de l’extension du RéPPOP Aquitaine en Poitou-Charentes et Limousin a été initié depuis fin 2019.

  • Soins de troisième recours

Les soins de 3ème recours sont dispensés auprès des personnes relevant de situations plus complexes, dans les centres hospitaliers universitaires (CHU), dans les centres spécialisés de l’obésité (CSO) et en lien avec des établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisés. Ils sont identifiés et se coordonnent à l’échelle régionale ou interrégionale.

Les centres spécialisés interviennent auprès des personnes relevant des situations plus complexes ou de soins spécifiques. Ces centres disposent de l’expertise (nutrition, endocrinologie-métabolisme, psychologie, diététique…) et des équipements adaptés requis pour leur accueil en médecine et en chirurgie. Ils sont en lien avec des spécialités clés (pneumologie, sommeil, cardiologie, hépato-gastroentérologie) et avec une équipe de chirurgie et d’anesthésistes-réanimateurs spécialisée dans la chirurgie bariatrique.

Centres Spécialisés de l’Obésité (CSO) en Nouvelle-Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, il existe 4 CSO :

  • CSO Limousin (CHU de Limoges) couvrant les départements 19, 23 et 87 ;
  • CSO Poitou-Charentes (CHU de Poitiers) couvrant les départements 16, 17, 79, et 86 ;
  • CSO Nord-Aquitaine (CHU de Bordeaux) couvrant les départements 24, 33 et 47 ;
  • CSO Sud-Aquitaine (CH de Pau, Clinique Princess, Polyclinique Navarre) couvrant les départements 40 et 64.

Seul le CSO Nord-Aquitaine propose une offre en pédiatrie.

Les CSO ont une double mission :

  • La prise en charge pluridisciplinaire des personnes en situation d’obésité sévère et/ou complexe (niveau de recours 3) ;
  • L’organisation, l’animation et le développement de la filière de soins « obésité » en région.

En cas d’obésité sévère ou compliquée, une chirurgie bariatrique peut être envisagée. Elle permet un amaigrissement durable au prix d’un risque maitrisé évalué avec le patient.

Il existe trois types de chirurgies bariatriques :

  • Le sleeve gastrectomie est la chirurgie la plus pratiquée. Elle consiste à enlever une grande partie de l’estomac pour former un tube étroit calibré à l’aide d’une sonde durant l’intervention.
  • L’anneau gastrique, placé autour de l’estomac, permet au patient d’être rassasié avec de faibles quantités de nourriture.
  • Le bypass gastrique consiste à réduire le volume de l'estomac et à modifier le circuit alimentaire.

L'éducation thérapeutique s'inscrit dans le parcours de soins du patient.

Les programmes d’ETP proposent des activités d’apprentissage et d’accompagnement du surpoids et de l’obésité visant à rendre le patient autonome face à sa maladie et à améliorer sa qualité de vie. Les professionnels de santé en évaluent le besoin avec le patient.

En Nouvelle-Aquitaine, il existe au total 50 programmes d’ETP relatifs au surpoids et à l’obésité incluant 7 000 patients par an. Une recommandation de la Haute Autorité de Santé (HAS) encadre les programmes d’ETP spécifiques à la chirurgie de l’obésité.

La liste des programmes existants est disponible sur le site de l’association régionale Education Thérapeutique du Patient en Nouvelle-Aquitaine (ETHNA).

Vos programmes ETP en Nouvelle-Aquitaine

Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé par l’ARS Nouvelle-Aquitaine en décembre 2021 afin de financer la construction et mise en place d’un programme d’ETP numérique pour les patients présentant un surpoids ou une obésité modérée.

Ce projet s’inscrit dans un objectif général de renforcement de la palette d’outils de prévention, d’accompagnement et de prise en charge des populations en surpoids et obésité modérée, à partir de 16 ans, avant la survenue d’une obésité nécessitant une orientation vers la chirurgie bariatrique.

Ce programme sera disponible au premier trimestre 2023 et viendra compléter les interventions possibles pour lutter contre le surpoids et l’obésité en premier recours.

Plusieurs programmes régionaux sont menés, en particulier auprès des jeunes. Ils visent une alimentation et un niveau d’activité physique favorables à la santé ainsi qu’une limitation des temps sédentaires et une image corporelle positive.

Quelques exemples de programmes régionaux :

  • Site IREPS Nouvelle-Aquitaine

Visuel Nutri Crêche

Nutricrèche

Visuel Nutri Ram

NutriRAM

Visuel Nutrition Petite enfance
  • Guide pour les professionnels de la petite enfance

    En 2021, un guide pour les professionnels de la petite enfance a été réalisé pour :

    • Accompagner l’éveil au goût
    • (Re)découvrir la diversification alimentaire
    • Comprendre les comportements nutritionnels
    • Optimiser l’environnement au moment des repas
    • Prendre en compte l’importance de l’activité physique

Visuel Manger Bouger

Manger bouger pour ma santé

Visuel Programme nutrition

J’aime manger bouger

Visuel Bouge Santé

Bouge : une priorité pour ta santé

Ces programmes se déploient selon les besoins et demandes des territoires, notamment dans le cadre des contrats locaux de santé.

En 2021, chaque département néo-aquitain a bénéficié d’au moins un de ces programmes.