Prévenir les risques liés à l'inhalation du monoxyde de carbone

Article
Image Affiche prévention Monoxyde de carbone

Quand les températures baissent, les risques d’intoxication au monoxyde de carbone (CO) augmentent. Invisible, inodore et non irritant, le monoxyde de carbone est indétectable. Il peut être émis par tous les appareils à combustion (chaudière, chauffage d’appoint, poêle, groupe électrogène, cheminée, etc.).

En Nouvelle-Aquitaine, entre le 1er septembre 2021 et le 31 août 2022, 49 signalements d’intoxication au CO ont été reçus et gérés par l’ARS.
Dans la majorité des cas, il s’agissait d’intoxications survenues au domicile ou dans le cadre de loisirs. Elles étaient liées à une mauvaise utilisation de systèmes de chauffage, mal réglés et mal entretenus, voire détournés de leur usage (ex : barbecue).
La majorité des victimes ont été prises en charge en milieu hospitalier et on déplore un décès. Plusieurs intoxications ont également eu lie en milieu professionnel ou dans des établissements recevant du public, exposant potentiellement un plus grand nombre de personnes.

De simples gestes contribuent à réduire les risques comme :

  • Chaque année avant l’hiver, faites vérifier et entretenir vos installations de chauffage et de production d’eau chaude, ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel qualifié. Lors de l’entretien annuel de votre chaudière, le professionnel qualifié qui intervient est tenu de mesurer le monoxyde de carbone pour s’assurer que votre installation n’émet pas de monoxyde de carbone.
  • Aérez au moins 10 minutes votre logement tous les jours, même quand il fait froid ;
  • Couvrez-vous et portez des vêtements chauds pour limiter le recours au chauffage d’appoint ;
  • N’utilisez jamais pour vous chauffer des appareils qui ne sont pas destinés à cet usage (cuisinière, plaques électriques, brasero, barbecue) ;
  • Maintenez vos systèmes de ventilation en bon état de fonctionnement et n’obstruez jamais les entrées et sorties d’air qui vont permettre d’évacuer l’humidité ;
  • Respectez systématiquement les consignes d’utilisation des appareils à combustions indiquées par le fabriquant : ne jamais faire fonctionner les chauffages d’appoint en continu, placer impérativement les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments et ne les utilisez pas à l’intérieur y compris dans une cave, un garage, une remise ;
  • Agissez sur les déperditions de chaleur en vous dotant d’appareil de chauffage électrique basse consommation, de rideaux thermiques, de tapis et couvertures de sol.

Pour en savoir plus :

http://www.prevention-maison.fr/
Santé publique France - Prévention Maison - Monoxyde de carbone
Santé publique France - Prévention Maison - Monoxyde de carbone
Santé publique France - Prévention Maison - Monoxyde de carbone
Santé publique France - Prévention Maison - Monoxyde de carbone

Les symptômes (maux de tête, fatigue, nausées) apparaissent plus ou moins rapidement et peuvent toucher plusieurs personnes au sein du foyer. Une intoxication importante peut conduire au coma et à la mort, parfois en quelques minutes.

Il faut donc agir très vite : en cas de suspicion d’intoxication, aérez immédiatement, arrêtez si possible les appareils à combustion, évacuez les locaux et appelez les secours en composant le 15, le 18 ou le 112 (et le 114 pour les personnes malentendantes).

La prise en charge des personnes intoxiquées doit intervenir rapidement, dès les premiers symptômes, et peut nécessiter une hospitalisation.

Afin de prévenir les intoxications au monoxyde de carbone, l’ARS travaille sur deux champs :

  • Le contrôle – L’ARS réalise des enquêtes dans le cadre de la lutte contre l’habitat indigne afin de contrôler de manière systématique les installations susceptibles d’émettre du monoxyde de carbone et prescrit des travaux si nécessaire.
  • La communication – Une campagne de communication est lancée pour rappeler les bonnes pratiques afin d’éviter une intoxication par le monoxyde de carbone :
    • Diffusion d’un communiqué de presse,
    • Mise en ligne d’une information sur le site internet de l’ARS Nouvelle-Aquitaine
    • Relais d’information via les comptes Twitter et Facebook de l’ARS,
    • Diffusion d’une information au réseau régional des déclarants des intoxications au monoxyde de carbone,
    • Diffusion d’une information concernant le diagnostic des intoxications au monoxyde de carbone aux professionnels de santé de la région.

Les lieux de culte sont réglementés par des dispositions particulières de deux sortes selon qu’ils appartiennent aux établissements recevant du public de la 1ère à la 4ème catégorie ou aux établissements recevant du public de la 5ème catégorie.