Signaler des cas groupés infectieux en collectivité (IRA, GEA, Gale)

Service
Date de publication
Visuel
Personne en consultation
Crédit : Phovoir
Accroche
La vie en collectivité (établissements d'hébergement personnes âgées, établissements scolaires, crèches, établissements médico-sociaux) peut favoriser la propagation des pathologies infectieuses (infections respiratoires aiguës, gastroentérites aiguës,...).
La mise en place de mesures d'hygiène, de système de surveillance et de mesures d'éviction évitent des épidémies ou limitent leur ampleur.
Corps de texte

Les personnes âgées ou fragiles vivant en collectivités sont particulièrement vulnérables au risque infectieux.

Pour aider les établissements à identifier précocement les cas groupés (d’infections respiratoires aigües(IRA) ou de gastro-entérites aigues (GEA)) et à améliorer la maitrise de ces foyers infectieux,  la Cellule Régionale de Veille et Gestion des alertes Sanitaires (CVAGS) de l’ARS Nouvelle Aquitaine et la Cellule de Santé Publique France en région Nouvelle Aquitaine vous proposent des outils de surveillance et de gestion concernant les cas groupés d’IRA et de GEA.

Je signale un cas groupé d'Infections Respiratoires Aigües (IRA)

Pour toute survenue d’au moins 5 cas de IRA dans une période de 4 jours parmi des résidents, nous vous prions de faire un signalement rapide à la CVAGS afin de contrôler au plus vite l’extension de l’épidémie.

En complément de votre déclaration sur le portail, 3 documents utiles :

Pour en savoir +

Je fais de la prévention et j'anticipe une épidémie de grippe saisonnière

En amont d’une épidémie de grippe saisonnière, les mesures d’anticipations sont essentielles pour favoriser les bonnes pratiques de prise en charge des résidents de collectivités et des personnes vulnérables.

En EHPAD la rapidité du diagnostic est fondamentale pour contrôler l’épidémie. L’utilisation des TROD est recommandée dans ces structures du fait de la rapidité de l’obtention des résultats permettant ainsi d’adapter la prise en charge.  Il est essentiel de réaliser les tests dès les tous premiers symptômes. Ainsi, lors de cas groupés, il est indiqué de réaliser ces examens sur les patients présentant les symptômes les plus récents. En l’absence de disponibilité des TROD les prélèvements (écouvillonnage) peuvent être adressés à un laboratoire spécialisé.

Le dossier comporte plusieurs documents :

Je surveille l’évolution d’un foyer IRA

En fin d'épisode, je complète le volet 2 sur : 

En cas d’impossibilité de déclaration sur le portail, et à titre exceptionnel je complète la page paragraphe 5 de la fiche de signalement :

Je gère l’épisode pour le contrôler

Pour ne rien oublier, je peux utiliser la check-list des mesures à prendre :

Si c'est la grippe, consultez l'avis du HCSP :

Recommandations de prescriptions des traitements antiviraux lors d'épidémies de grippe saisonnière

Outils de communication

Visuel port du masque petit format

Rubrique "Votre santé > Préserver sa santé > Autres > Le super-héros malade porte son masque sur la bouche et le nez"

Visionner la vidéo sur les modalités d'utilisation du masque chirurgical.

Les personnes âgées ou fragiles vivant en collectivités sont particulièrement vulnérables au risque infectieux.

Pour aider les établissements à identifier précocement les cas groupés (d’infections respiratoires aigües(IRA) ou de gastro-entérites aigües (GEA) et à améliorer la maitrise de ces foyers infectieux,  la Cellule Régionale de Veille et Gestion des alertes Sanitaires (CVAGS) de l’ARS Nouvelle Aquitaine et la Cellule d’intervention en région (CIRE) Nouvelle Aquitaine vous proposent des outils de surveillance et de gestion concernant les cas groupés d’IRA et de GEA.

Je signale un cas groupé de gastro-entérites aigües (GEA)

Pour toute survenue d’au moins 5 cas de GEA dans une période de 4 jours parmi des résidents, nous vous prions de faire un signalement rapide à la CVAGS afin de contrôler au plus vite l’extension de l’épidémie.

Je déclare en complétant le volet 1 sur :

En complément de votre déclaration sur le portail, 3 documents utiles :

Qu'est-ce que la gale ?

Chez l'Homme, la gale commune est une maladie contagieuse bénigne mais pénible! C'est une infection cutanée due à la colonisation de la partie superficielle de la peau par un acarien parasite : Sarcoptes scabiei var. hominis. La femelle creuse un sillon dans la partie superficielle de la peau et y pond chaque jour quelques œufs pendant 1 ou 2 mois.

Il existe aussi des gales profuses ou "hyperkératosiques" (diagnostics tardifs), très contagieuses et de traitement plus lourd. La gale des animaux est très peu transmissible à l'Homme.

Comment se transmet cette maladie ?

La gale peut toucher tous les individus, quel que soit l’âge, le sexe ou le milieu social. Elle reste une maladie à connotation péjorative et de diagnostic parfois difficile. Les retards de diagnostic et l'insuffisance de prise en charge de l'entourage proche des personnes touchées par la gale contribuent à la propagation de la maladie.

La transmission se fait principalement par contacts directs et prolongés avec une personne infectée (contacts "peau à peau"). La gale est donc aussi une maladie sexuellement transmissible.

Il peut aussi y avoir une transmission indirecte par l’intermédiaire de l’environnement, notamment par le linge et la literie, pour les personnes vivant sous le même toit ou dans des conditions de proximité ou de promiscuité étroites.

En effet, le parasite de la gale survit quelques jours en dehors du corps humain.

Quels sont les signes de la gale ?

La lésion caractéristique de la gale est le sillon, creusé par la femelle. Les régions du corps les plus touchées sont : la racine des doigts, la face antérieure des poignets et des aisselles, les coudes, le nombril, les fesses, les organes génitaux externes et les mamelons.

Le prurit (démangeaisons) est important, avec une recrudescence le soir et la nuit, dans la chaleur du lit. On retrouve par la suite des lésions de grattage moins caractéristiques et pouvant faire errer le diagnostic (diagnostic différentiel : eczéma, prurit sénile, etc.).

Il est essentiel que les personnes atteintes ou pensant l'être consultent rapidement un médecin afin d'éviter la propagation de la maladie.

Quelles précautions dois-je prendre si j’ai la gale ou si quelqu'un de mon entourage a la gale ?

Je dois prévenir rapidement mes proches pour qu’ils consultent un médecin et qu’ils soient eux aussi traités même s’ils n’ont pas de démangeaisons. En effet, la période d’incubation de la gale est de 2 à 8 semaines. Il est aussi recommandé de limiter les déplacements et les activités sociales. D’autre part, dans la mesure du possible, un isolement est préférable (chambre seule jusqu'à 48h après le début du traitement, arrêt maladie ou éviction scolaire de 3 jours après le début d'un traitement adapté).

Comment peut-on traiter la gale ?

Il n’y a pas de guérison spontanée, toutefois, cette maladie est facilement traitable sur le plan individuel. Le traitement est débuté après une consultation médicale. Il doit être réalisé simultanément chez le malade et tous les sujets ayant eu des contacts rapprochés avec celui-ci (personnes vivant sous le même toit : famille, voisins de chambres en internat, amis intimes...). Il peut se faire par voie orale ou sous forme de traitement local (application de lotion sur tout le corps).

En cas d’épidémie de gale en collectivité (milieu scolaire, maison de retraite...), la prise en charge est assez lourde car il est nécessaire de traiter toutes les personnes malades et leurs contacts en même temps afin de stopper l'épidémie. Le traitement médical est répété 8 à 10 jours plus tard à l'identique. 

Et pour le linge ? Les locaux ?

Dans tous les cas, je dois traiter mon linge (vêtements et linge de lit et de toilette porté ou utilisé depuis 3 jours) le lendemain matin de la prise du traitement. 

Un lavage en machine à 60°C suffit à désinfecter efficacement le linge. Si cela n’est pas possible, on peut traiter le linge avec un produit anti-acarien (prescrit par votre médecin) ou bien encore le mettre dans un sac poubelle fermé hermétiquement pendant 8 jours (temps nécessaire pour tuer tous les parasites). Cette solution peut être une bonne option en cas de difficultés financières car les produits anti-acariens ne sont pas remboursés.

La désinfection des locaux n'est pas indiquée en cas de gale commune où un nettoyage simple avec les produits habituels suffit. La désinfection des locaux sera envisagée en cas de gale profuse, en prenant les précautions d'usage selon les produits utilisés. 

Prévention et Signalement, fiches pratiques :

Aller plus loin

Contact

Contenu
image carte cordonnées CVAGS Nouvelle-Aquitaine

Envoyez directement un message électronique en cliquant sur l'adresse : [email protected]

Contact CPIAS :

CPIAS Nouvelle-Aquitaine

CPIAS Nouvelle-Aquitaine - CHU de Bordeaux
Hôpital Pellegrin - Bâtiment Le Tondu
33076 BORDEAUX
[email protected]
Tél : 05 56 79 60 58
Fax : 05 56 79 60 12