Tous concernés par la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Actualité
Date de publication
Visuel
Enfant regardant par la fenêtre
Crédit : Fotolia
La journée mondiale de sensibilisation à la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) a lieu le 21 novembre.

Seuls 22% de la population française ont déjà entendu parler de la BPCO.

300 pneumologues et 7000 masseurs-kinésithérapeutes sont répartis sur le territoire de la Nouvelle Aquitaine, et représentent, avec les médecins généralistes, le point d’appui de lutte contre cette maladie.
Corps de texte

Qu’est-ce que la BPCO ?

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie respiratoire chronique se présentant par une obstruction permanente et progressive des voies aériennes. Cette pathologie sous-diagnostiquée concerne en France 7,5 % de la population de plus de 45 ans, soit 3,5 millions de personnes. Elle est à l’origine de 18 000 morts par an, soit 5 fois plus que les accidents de la route. Or une très grande proportion (environ 80%) des cas n’est pas diagnostiquée.

Silencieuse à ses débuts, avec des symptômes parfois banalisés (comme la toux chronique, les expectorations ou un essoufflement initialement à l’effort), le diagnostic peut tarder alors même que le dépistage et la prise en charge précoce de la BPCO permet de réduire les hospitalisations, de maintenir la capacité respiratoire et d'améliorer la qualité de vie. 

La détection précoce de la BPCO est en effet un enjeu majeur pour la prise en charge de cette maladie. La BPCO doit être suspectée devant toute personne fumeuse ou exposée à d’autres facteurs de risque, présentant un essoufflement persistant à l’effort, une bronchite, ou bien une toux persistante et productive.

Un interrogatoire attentif, utilisant un questionnaire rapide en 5 questions permet de déceler les principaux signes d'alerte de la BPCO.

Le médecin doit ensuite confirmer le diagnostic avec des examens respiratoires plus détaillés. 

Dans ses formes les plus sévères, la BPCO conduit à une insuffisance respiratoire chronique nécessitant l'administration d'oxygénothérapie.

La cause principale de cette pathologie est le tabagisme dans plus de 85 % des cas. Il peut également exister des expositions environnementales, notamment professionnelles comme la silice, les poussières de charbon, les poussières végétales et les moisissures.

L’accompagnement des patients atteints de BPCO est essentiel. Il repose sur l’arrêt de l’exposition aux substances nocives (le tabac et les polluants environnementaux), la réhabilitation respiratoire, l’activité physique adaptée (APA), ainsi que la prise en charge précoce des infections respiratoires responsables d’essoufflement.

La journée mondiale de sensibilisation à la BPCO a lieu le 21 novembre. D’après le Baromètre Santé 2017 de Santé publique France, seuls 22% de la population française ont déjà entendu parler de la BPCO.

300 pneumologues et 7000 masseurs-kinésithérapeutes sont répartis sur le territoire de la Nouvelle Aquitaine, et représentent, avec les médecins généralistes, le point d’appui de lutte contre cette maladie.

L'ARS Nouvelle-Aquitaine en action(s) !

La lutte contre le tabac et l’instauration de « lieu sans tabac » dans nos villes sont au cœur de nos actions de contrats locaux de santé.

Par la mise en œuvre du Plan Régional Santé Environnement (PRSE), l'ARS Nouvelle-Aquitaine contribue notamment à la protection de la qualité de l’air et à la prévention des expositions environnementales. Elle soutient par la lutte contre les espèces végétales allergisantes et participe à la surveillance de l'environnement et aux actions de prévention visant les publics les plus sensibles.

Au niveau de la prise en charge et de l'accompagnement des patients, l’ARS Nouvelle-Aquitaine soutient en 2017 37 programmes d’éducation thérapeutique du patient (ETP) pour maladies respiratoires. Pour rendre le patient acteur de sa prise en charge, l’ARS Nouvelle Aquitaine souhaite développer le dispositif afin de le proposer à tout patient atteint de BPCO.

Le Mois sans tabac 2020 : un mois, un défi pour arrêter de fumer

Le tabagisme étant la cause principale de la BPCO, ce mois est l’occasion de rappeler qu’il est toujours possible et bénéfique d’arrêter de fumer.

Les études récentes tendent à montrer que le tabagisme, même passif, lors de la grossesse et dans la petite enfance, sont des facteurs de risque de développement de BPCO à l’âge adulte. En novembre 2020 on arrête ensemble 

Le dispositif PEPS (Prescription d'Exercice Physique pour la Santé) en Nouvelle-Aquitaine

De nombreuses études démontrent aujourd’hui les bienfaits de la pratique d’une activité physique régulière.

En effet, l’activité physique prévient les complications, ré­duit le nombre d’hospitali­sations, leurs durées et les coûts de prise en charge, voire permet de diminuer la posologie médicamenteuse.

 En Nouvelle-Aquitaine, le dispositif PEPS vise à améliorer la santé et la condition physique de patients adultes atteints de certaines maladies chroniques grâce à la pratique d'une activité physique ou sportive sur prescription médicale.