Nouvelle-Aquitaine

Soins de premiers recours en médecine générale de ville et les temps d'accès aux soins urgents pour la population néo-aquitaine

Article
Visuel
Photo patiente en consultation
Malgré une densité en médecins généralistes libéraux supérieure à la moyenne nationale, de grandes disparités territoriales sont constatées. Les difficultés sont plus importantes encore pour l’accès aux médecins spécialistes. La consommation en soins de ville des Néo-aquitains est plus élevée qu’au niveau national. Le temps d’accès moyen aux soins urgents est de 23 à 24 minutes, comme en France.
Corps de texte

Début 2016, près de 17 500 médecins (1) exercent à titre libéral ou salarié en Nouvelle-Aquitaine : 8 400 généralistes, 9 100 spécialistes. La densité des médecins spécialistes est inférieure à la moyenne nationale et la pédiatrie est la discipline la plus affectée. Celle des médecins généralistes est supérieure à la moyenne nationale mais l’accès aux soins est difficile dans les territoires ruraux comme les Deux-Sèvres, le Lot-et-Garonne, la Charente, la Creuse et la Dordogne.

De plus, près d’un tiers des médecins généralistes libéraux sont âgés de 60 ans ou plus. Les MSP (Maisons de santé pluridisciplinaires) constituent l’un des éléments de réponse aux problèmes de démographie médicale. Elles permettent de favoriser les coopérations, d’optimiser le temps médical, de répondre aux craintes d’isolement des jeunes médecins. Mi 2017, 119 MSP sont en fonctionnement en Nouvelle-Aquitaine et 45 ont adhéré au règlement arbitral.

Hormis les médecins, on compte 3 700 chirurgiens-dentistes, 1 800 sages-femmes. La densité des chirurgiens-dentistes est inférieure à la moyenne nationale dans tous les départements de la région sauf dans les Pyrénées-Atlantiques et en Gironde. Trois départements sont particulièrement déficitaires : la Creuse, les Deux-Sèvres et la Vienne. L’offre d’officines pharmaceutiques est d’une pharmacie pour 2 600 habitants, plus dense que la moyenne nationale.

Parmi les autres professionnels de santé, les infirmiers sont de loin les plus représentés : 61 700 (dont 20% sont libéraux). Les métiers de la rééducation comptent 14 400 professionnels dont près de 8 000 masseurs-kinésithérapeutes. La densité des orthophonistes, comme celle des ergothérapeutes, est inférieure à la moyenne nationale.

Les taux de recours (2) aux soins de premier recours en ville en Nouvelle-Aquitaine sont légèrement supérieurs à ceux observés en France métropolitaine : 92 % des habitants ont consulté au moins une fois leur médecin généraliste en 2015 (90 % en France), 20 % ont eu recours à un infirmier libéral (17 % en France), 17 % à un masseur-kinésithérapeute (16 % en France). Le taux de recours aux médecins spécialistes est proche de celui observé en métropole sauf pour la pédiatrie où il est inférieur de 20 %.

On note également un sous-recours aux métiers de la rééducation (orthoptistes, orthophonistes). La faible densité des professionnels dans certaines zones peut expliquer en partie ces sous-recours.

(1) Hors remplaçants

(2) Taux de population ayant eu recours aux soins, standardisé par sexe et tranches d’âge en prenant comme population de référence celle de la France métropolitaine (RP 2013).

L’accès de la population à des soins urgents en moins de trente minutes est une priorité de l’État.

En 2016, le temps d’accès moyen aux soins urgents (services d’urgence ou intervention d’un SMUR) est estimé à 23-24 minutes en Nouvelle-Aquitaine. Il est supérieur à 30 mn dans un quart des communes de la région et concerne 9 % de la population.

En tenant compte des Médecins Correspondants du Samu (MCS) qui interviennent en avant-coureur du SMUR sur demande de la régulation médicale, seulement 5 % de la population accèdent aux soins urgents en plus de 30 minutes.

Ce taux de population baisserait à 2,3 % en tenant compte des interventions des hélicoptères basés en Nouvelle-Aquitaine.