Nouvelle-Aquitaine

Se protéger de la maladie de Lyme

Actualité
Date de publication
Visuel
Image Maladie de Lyme
La Nouvelle-Aquitaine est concernée par la maladie de Lyme ou Borréliose de Lyme et plus particulièrement, ses départements de l’ex-Limousin, avec 1700 nouveaux cas chaque année.
Cette maladie intervient chez l’homme suite à la piqûre d’une tique porteuse de la bactérie (Borrelia). Des mesures de prévention simples permettent de se protéger.
Corps de texte
Visuel de tiques

La tique est un acarien visible à l’œil nu de très petite taille. Elle vit ancrée sur la peau des mammifères, des oiseaux ou des reptiles et se nourrit de leur sang grâce à un rostre - sorte de pic garni d’épines - qu’elle enfonce dans la peau et grâce auquel elle peut rester fixée. La tique n'est pas dangereuse dans l'immédiat mais en revanche, elle peut transmettre à ses hôtes et notamment à l'homme, des maladies que l'on appelle "vectorielles".

La plus fréquente des zoonoses transmises par les tiques dans le nord est de la France est la maladie de Lyme que l'on appelle aussi la borréliose. Il existe d'autres maladies transmises par les tiques mais qui sont beaucoup plus rares comme l’encéphalite à tiques. Ce sont les tiques femelles du genre Ixodes qui peuvent transmettent la maladie de Lyme à l'occasion d'une piqûre. Ces tiques apprécient les milieux humides : tapis de feuilles, herbes hautes, forêts de feuillus et conifères. Elles sont généralement plus abondantes entre avril et octobre.

Les populations à risque sont les forestiers, les agriculteurs, les campeurs, les randonneurs et toutes les personnes ayant une activité en plein air. Les zones d'accrochage et de piqûres sont les zones les moins visibles comme le cuir chevelu ou les endroits où la peau est plus fine comme les plis des aisselles, de l'aine…

Le retrait doit se faire le plus rapidement possible car plus une tique porteuse de maladies reste fixée longtemps et plus le risque de transmission de ces maladies augmente.

Les premiers signes - la phase précoce - sont des céphalées et des courbatures… et sur la peau, une rougeur circulaire d'évolution progressive à l'endroit de la piqûre : on l'appelle érythème migrant. Cette rougeur peut également se manifester à distance de la piqûre.

En l’absence de traitement, après quelques semaines à plusieurs mois débute la phase précoce disséminée avec des manifestations au niveau neurologique ou articulaire (douleurs inflammatoires). Ce n'est que bien plus tard que la phase tardive apparaît avec des signes neurologiques et articulaires plus graves et persistants, puis une fatigue à long terme.

Les personnes les plus exposées sont :

  • Les professionnels qui travaillent dans la nature : bûcherons, sylviculteurs, gardes-forestiers, gardes-chasse, gardes-pêche, jardiniers, …
  • Les amateurs d’activités « nature » : promeneurs, randonneurs, campeurs, chasseurs, pêcheurs, jardiniers, …

Mais ces conseils s’adressent à tous puisqu’ils concernent également les activités suivantes : pique-nique en forêt, pause sur une pelouse dans un parc, colonies de vacances, …

La prévention reste la première arme pour lutter contre cette maladie.

Des moyens simples existent :

  • porter des vêtements couvrants et clairs (afin de repérer rapidement les tiques), serrés au cou, aux poignets et aux chevilles (rentrer le bas du pantalon dans les chaussettes ou mettre des guêtres), des chaussures fermées et des gants clairs en cas de travail manuel ;
  • vaporiser ses vêtements et ses chaussures de produits anti-tiques (en respectant les contre-indications pour les enfants et les femmes enceintes) ;
  • utiliser un produit anti-tiques pour vos chiens et chats ;
  • emprunter si possible les sentiers et marcher au milieu des chemins ;
  • éviter les contacts avec les herbes, les broussailles et les branches basses ;
  • inspecter le corps après une activité de travail ou de loisir en pleine nature (y compris le pli des genoux, les aisselles, les organes génitaux et le cuir chevelu) car la piqûre est indolore. Retirer rapidement la tique avec un tire-tique acheté en pharmacie, désinfecter et surveiller la zone de piqûre pendant plusieurs semaines ;
  • consulter son médecin traitant en cas d'apparition de symptômes et en particulier d'une plaque rouge, centrée sur le point de piqûre et qui s'étend dans le mois qui suit la piqûre.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire (risque de régurgitation des agents infectieux) :

  • ne pas presser la tique entre ses doigts, afin de ne pas favoriser le passage de la salive de la tique qui contient les agents infectieux ;
  • ne pas tirer sur la tique et ne pas utiliser de pince à épiler. Outre le risque précédent, la probabilité de « laisser la tête » dans la peau est forte. Cela provoque généralement une petite inflammation, une infection ou la formation d’un kyste ;
  • ne pas utiliser d’alcool, d’éther, d’huile ou de vernis ;
  • ne jamais tenter de brûler la tique avec un briquet.

La tique est un parasite de très petite taille, ce qui la rend difficilement visible à l’œil nu. Présente notamment dans tous les milieux humides que nous sommes amenés à fréquenter régulièrement ou occasionnellement (forêts, bois, talus, prairies, jardins et parcs des villes…), il est opportun de faire connaître les réflexes de prévention au plus grand nombre.

En effet, grâce à ces mesures adéquates, il est possible de prévenir l’apparition de la maladie de Lyme.

Visuel retrait d'une tique

Le retrait de la tique se fait par un geste simple rapide et indolore à l’aide d’un tire-tique (achat en pharmacie). Il est indispensable de désinfecter la zone de morsure et de se désinfecter les mains.

Une fois que la tique a été retirée, il convient de :

  • Surveiller la zone de piqûre pendant plusieurs semaines
  • Consulter un médecin en cas d’apparition de symptômes et en particulier d’une plaque rouge centrée sur le point de piqûre et qui s’étend en cercle, dans le mois qui suit la piqûre de tique
Visuel Rougeur suite à piqûre de tiques

Toutes les tiques ne sont pas infectées par la bactérie responsable de cette maladie. Cependant, la réaction de la peau suite à la piqûre est très distinctive et doit inciter à consulter rapidement son médecin ou un pharmacien. En effet, dans les jours ou semaines qui suivent la piqûre de la tique, la maladie de Lyme apparaît généralement sous la forme d’une plaque rouge qui s’étend en cercle (érythème migrant) à partir de la zone de piqûre puis disparaît en quelques semaines.

En l’absence de traitement, la maladie de Lyme entraine des signes neurologiques et rhumatologiques qui peuvent être graves : paralysie du visage, atteinte des nerfs et du cerveau ou des articulations peuvent apparaître quelques semaines ou années après la piqûre. Il faut noter que cette maladie n’est pas contagieuse.

RAPPEL DES BONS RÉFLEXES DE PRÉVENTION :

Avant l’activité en plein air : éviter de se faire piquer par une tique.

  • Porter des vêtements couvrants et clairs afin de repérer rapidement les tiques.
  • Vaporiser vêtements et chaussures de produits anti-tiques (en respectant les contre-indications pour les enfants et les femmes enceintes).
  • Utiliser un produit anti-tiques pour vos chiens et chats.

Pendant et après l’activité en plein air : retirer le plus rapidement possible les tiques.

En effet, plus la piqûre est longue, plus le risque de développer la maladie augmente.

  • Repérer au cours de la promenade la tique sur ses vêtements, ou la sentir progresser avant qu’elle ne se fixe sur la peau.
  • S’inspecter ou se faire examiner par un proche minutieusement le corps entier, cuir chevelu compris.
  • Retirer la tique le plus rapidement possible à l’aide d’un tire-tique en glissant le crochet sous la tête de la tique et en tournant le tire-tique. Après l’avoir enlevée, désinfecter la peau avec un antiseptique.
  • Surveiller l’apparition d’une éventuelle plaque rouge qui s’étend autour de la piqûre.

En cas de doute, consulter son médecin ou son pharmacien.

Voir Aussi