Nouvelle-Aquitaine

L’état de santé des habitants de Nouvelle-Aquitaine

Article
Visuel
Photo Mosaïque Population
L’état de santé des Néo-aquitains s’avère relativement favorable : l’espérance de vie et les taux de mortalité sont équivalents aux taux nationaux à l’exception de la mortalité prématurée évitable plus élevée. Ce constat masque des disparités entre territoires.

De plus, les principales pathologies chroniques des Néo-aquitains sont les maladies cardio-vasculaires, le diabète et les cancers.
Corps de texte

En Nouvelle-Aquitaine, comme en France, l’espérance de vie à la naissance des femmes (85,4 ans) est supérieure à celle des hommes (79,4 ans) en 2014, mais depuis plusieurs années, l’écart entre les hommes et les femmes se réduit. Dans les départements, l’écart d’espérance de vie des hommes entre le département où l’on vit le plus vieux (les Pyrénées Atlantiques), et celui où l’on vit le moins vieux (la Creuse) dépasse trois ans.

La région Nouvelle-Aquitaine enregistre 60 000 décès en moyenne chaque année dont 10 000 surviennent prématurément, avant 65 ans. Les causes de décès prématurés les plus fréquentes sont les tumeurs, loin devant les morts violentes et les maladies de l’appareil circulatoire (respectivement 43 %, 15 % et 13 % des décès). Après 65 ans, les premières causes de décès sont les maladies de l’appareil circulatoire et les tumeurs (respectivement 43 % et 26 % des décès). Au niveau régional, les taux de mortalité générale et prématurée sont très proches des taux nationaux mais les écarts au sein de la région sont importants. La Creuse présente les taux les plus forts, les Pyrénées-Atlantiques les moins élevés.

Cartographie Taux mortalité prématurée 2017

Concernant la mortalité prématurée évitable liée à des pratiques de prévention primaire, les résultats sont moins favorables qu’en France. Les décès pour des causes évitables comme l’alcool, le tabac, les accidents de la circulation, les chutes accidentelles, les suicides ou le sida représentent un tiers des décès prématurés ; c’est plus qu’en France (30 %). Le taux de mortalité prématurée évitable s’établit à 61,5 décès pour 100 000 habitants contre 57,8 sur le territoire national (75 en Charente-Maritime et Creuse). Il est plus élevé qu’en France dans un département sur deux. Celui des hommes est 3,2 fois supérieur à celui des femmes.

On compte près de 9 000 décès liés au tabac chaque année. La mortalité pour une pathologie liée au tabac est significativement supérieure au taux national dans deux départements (Creuse : + 25 %, Landes : + 5 %).

Cartographie Taux mortalité Tabac 2017

Les morts violentes sont une cause préoccupante en Nouvelle-Aquitaine. Dans la région, près de 1 100 décès par suicide sont enregistrés en moyenne chaque année. Les trois quarts concernent des hommes. La surmortalité par suicides est marquée dans 9 départements sur 12.

La mortalité par accident de la circulation est également plus marquée dans la région qu’en métropole, en particulier en Lot-et-Garonne, Charente-Maritime, Dordogne, Landes, Charente, Deux-Sèvres et un tiers des accidents mortels est dû à un état d’ivresse.

Cartographie Taux mortalité Alcool 2017

La mortalité liée à l’alcool place la région dans une situation globalement favorable par rapport à la France. Néanmoins, trois départements présentent des taux significativement supérieurs au taux national en Creuse et les deux Charentes.

Chez les jeunes de 17 à 18 ans, plusieurs indicateurs diffèrent défavorablement des données nationales : tabagisme quotidien (36 % versus 32 %), expérimentation du cannabis (52 % versus 48 %) ou consommation de 5 verres d’alcool ou plus en une même occasion.

La fréquence des accidents du travail est plus élevée dans la région qu’en France, principalement sur les territoires agricoles et dans la zone d’emploi de Bordeaux. Celle des maladies professionnelles reconnues est également plus importante qu’en France (zones d’emploi de Pauillac, au nord Deux Sèvres et à Oloron-Sainte-Marie).

En termes d’environnement, les expositions sont diverses. Le milieu urbain est plutôt touché par la pollution de l’air, les sols et les Installations classées pour la protection et l’environnement (ICPE), le milieu rural par la qualité de l’eau et l’habitat ; certains territoires de la région sont concernés par une diversité d’expositions, d’autres présentent des spécificités (radon, ICPE, fluorures).

Un million de personnes souffrent d’au moins une maladie chronique en Nouvelle-Aquitaine, soit 17% de la population. Ces maladies touchent majoritairement des patients âgés de 65 ans ou plus.

Au cours de l’année 2015, 130 500 personnes ont été nouvellement admises en ALD.

Les principales pathologies chroniques en Nouvelle-Aquitaine sont les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les cancers et les pathologies mentales.

Maladies cardiovasculaires

Près de 463 000 personnes souffrent d’une maladie cardiovasculaire, dont près de 70 % pour insuffisance cardiaque, maladie coronaire ou accident vasculaire cérébral invalidant. 17 000 décès y sont attribués par an.

L’insuffisance cardiaque chronique est la troisième cause de mortalité cardiovasculaire derrière les accidents vasculaires cérébraux et les infarctus du myocarde. Sa fréquence augmente avec l’âge.

Diabète

Le diabète concerne plus de 254 000 patients en Nouvelle-Aquitaine, et plus de 1 200 personnes en meurent chaque année. La surmortalité liée au diabète touche la Creuse, à un degré moindre la Dordogne, les Landes et la Charente.

Cancers

Les cancers concernent plus de 243 000 patients et sont la cause de 16 000 décès en moyenne chaque année, Les contrastes entre les territoires sont là encore importants : on note une surmortalité masculine pour le cancer colorectal dans la moitié des départements et une surmortalité des deux sexes pour le cancer de la tranchée, des bronches et du poumon dans un quart d’entre eux.

La participation aux dépistages des cancers est plus ou moins forte selon les territoires. Le taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein en 2015 est plus élevé dans la région qu’en France mais avec des disparités infrarégionales (49 % des femmes âgées de 50 à 74 ans en Creuse, 60 % dans les Landes, 61 % en Lot-et-Garonne). Celui du cancer colorectal est proche de la moyenne nationale (29 % des personnes âgées de 50 à 74 ans vs 30 %) et varie de 22 % dans la Creuse à 37 % dans les Deux-Sèvres.

Santé mentale

En Nouvelle-Aquitaine, 156 300 personnes sont inscrits dans le dispositif des affections de longue durée pour une affection psychiatrique, soit 2,6 % de la population (2,4% en France métropolitaine). Parmi elles, on recense 9 900 jeunes de moins de 20 ans (1 700 nouveaux patients chaque année). C’est plus qu’au niveau national. Un tiers de ces jeunes est âgé de moins de 10 ans. Le nombre de ces jeunes augmente avec l’âge jusqu’à 10-14 ans puis il diminue après 15 ans. Les garçons représentent les deux tiers de l’ensemble.

Plus de 210 000 patients ont été pris en charge par les structures hospitalières en 2015. 40 % des hospitalisations sont en lien avec des états anxio-dépressifs. 22% des personnes prises en charge ont moins de 18 ans, avec des écarts de près de 30% entre les départements. Près de 2 200 patients ont été hospitalisés durant plus de 270 jours dans l’année.