Nouvelle-Aquitaine

La population et ses caractéristiques en Nouvelle-Aquitaine

Article
Visuel
Illustration de la démographie
Avec ses 5,9 millions d’habitants au 1er janvier 2015, la Nouvelle-Aquitaine est la quatrième région la plus peuplée de l’hexagone.
Sa population est âgée : début 2015, plus de 11% de la population a 75 ans ou plus, contre 9,3 % en métropole.

La région est un peu moins touchée par le chômage et la précarité, cependant on constate des difficultés sociales variables selon les départements.
Corps de texte

Avec ses 5,9 millions d’habitants au 1er janvier 2015, soit 9 % de la population de France métropolitaine, pour une superficie de 84 000 km², la Nouvelle-Aquitaine est la quatrième région la plus peuplée de l’hexagone et la plus vaste.

La densité varie fortement selon les départements, de 21 habitants/km² pour le moins peuplé en Creuse, à 68 habitants/km² en Haute-Vienne (moyenne régionale) et jusqu’à 155 habitants/km² en Gironde qui bénéficie de l’attractivité de la métropole bordelaise et concentre plus du quart de la population de la région.

Relativement attractive, la région voit sa population augmenter de 0,6 % en moyenne chaque année, mais cette croissance est essentiellement portée par l’afflux migratoire. Seuls les trois départements les plus jeunes, la Gironde, les Deux-Sèvres et la Vienne, affichent à la fois des arrivées plus nombreuses que les départs, et des naissances plus nombreuses que les décès.

Cartographie densité de la population Nouvelle-Aquitaine en 2014

C’est autour des grandes agglomérations ou près du littoral que la population augmente le plus. Les quatre départements littoraux connaissent une croissance supérieure à la moyenne régionale, tandis que la Corrèze et la Creuse perdent des habitants.

Dans la région, les familles monoparentales représentent 13,4 % des familles contre 14,5 % en France métropolitaine. Face au changement des modes de vie et notamment la plus grande fragilité des unions, le nombre de familles monoparentales a augmenté de 12 % en 5 ans et s’établit à 223 000 en 2013.

Graphe Répartition des familles selon leur composition

 

 

 

La population de la Nouvelle-Aquitaine est âgée. Début 2015, plus de 11% de la population a 75 ans ou plus, contre 9,3 % en métropole.

La Creuse est le département le plus âgé, avec plus d’une personne sur sept âgée d’au moins 75 ans. A l’inverse, la Gironde est le département le plus jeune, devant la Vienne et les Deux-Sèvres.

Cartographie indice de vieillissement de la population Nouvelle-Aquitaine en 2014

À l’horizon 2027, si les tendances actuellement constatées se prolongent, la Nouvelle-Aquitaine comptera 6 305 000 habitants. Elle gagnerait 320 000 habitants (1) en 10 ans, soit l’équivalent du département de Lot-et-Garonne. C’est davantage qu’en France (5,3 % versus 3,9 %). Près de 14 % de la population serait âgée de 75 ans ou plus. Sur cette même période, les départements littoraux et la Vienne connaîtraient une croissance nettement au-dessus du taux national, mais les départements intérieurs verraient leur population croître peu, voire stagner (Creuse et Corrèze).

(1) Projections de population 2013-2050, Omphale 2017, Insee

Dans la région, la part des personnes vivant sous le seuil de pauvreté est un peu plus faible qu’en France métropolitaine et cette pauvreté est moins intense.

Le taux de chômage est aussi un peu moins fort, mais la situation est contrastée selon les départements. Le niveau de vie médian est au plus haut dans les grands pôles urbains et leurs couronnes, au plus bas dans les espaces ruraux loin de l’influence des villes. La pauvreté est marquée en Creuse, dans le Lot-et-Garonne et en Dordogne. La Dordogne et la Charente-Maritime connaissent des difficultés sur le marché de l’emploi et enregistrent les taux de chômage les plus élevés de la région. Les départements du littoral et les Deux-Sèvres qui cumulent attractivité démographique et santé économique sont plus dynamiques. Les difficultés augmentent en s’éloignant de la côte atlantique vers des territoires très peu denses et moins dynamiques.

Cartographie Taux de pauvreté selon les EPCI en Nouvelle-Aquitaine en 2014

La part des minima sociaux dans le revenu disponible global des ménages est naturellement plus élevée dans les départements où la précarité est forte (Creuse, Haute-Vienne, Charente, Lot-et-Garonne).

Aller plus loin