Nouvelle-Aquitaine

Formations médicales : Internat de médecine en Nouvelle-Aquitaine

Service
Visuel
Médecin installé à son bureau en train de relire un document
Crédit : Fotolia
Accroche
Toutes les informations relatives à l'internat de médecine pour les subdivisions de Nouvelle Aquitaine : Bordeaux, Limoges et Poitiers.
Corps de texte

La réforme du 3ème cycle Mieux, pour  répondre aux besoins de santé, aux évolutions de la médecine et aux exigences de lisibilité et de qualité de la formation/standards internationaux.

Qui est concerné ?

La réforme s’applique aux étudiants de 3ème cycle à compter de la rentrée universitaire 2017-18 :

  • Médecins inscrits pour la 1ère fois, qui sont gérés au niveau de la subdivision.
  • pharmaciens faisant le DES de biologie médicale inscrits pour la 1ère fois, désormais gérés par subdivision
  • médecins et odontologues faisant le DES de chirurgie orale inscrits pour la 1ère fois désormais gérés au niveau de la Nouvelle Aquitaine

Les internes ayant passé les concours et ECN avant 2017 ne sont pas concernés. Ils restent régis par la règlementation antérieure.

Ce qui change

  • Le DES est désormais un diplôme nécessaire et suffisant pour la qualification et l’exercice de la spécialité
  • Un parcours progressif et personnalisé
    • En 3 phases : socle (1an), d’approfondissement (2 à 3ans) et de consolidation (1 à 2ans)
    • Une surspécialisation par les options et les Formation Spécialisées transversales (FST) régulée (suppression des DESC)
    • Un suivi personnalisé et évolutif grâce au contrat de formation conclu à l’issue de la phase socle, auquel est annexé le portfolio
  • Evaluation des compétences tout au long de la formation

    L’évaluation régulière des maquettes permettra une adaptation continue aux innovations et aux besoins de santé.

  • Une collégialité renforcée et des attendus pédagogiques clarifiés

    La mise en place des commissions de spécialités au niveau de la subdivision et au niveau de la région renforce le suivi collégial des étudiants.

    Les 44 maquettes de spécialités précisent, pour chaque spécialité et pour chacune des phases de formation, les connaissances et les compétences à acquérir, les stages à réaliser et les critères d’agrément de ces lieux de stage, ainsi que leurs modalités d’évaluation.

  • Une possibilité d’offre de stage enrichie

    L’offre de stage est diversifiée de façon à permettre à l’étudiant d’approcher tous les modes d’exercice et types de structures. Un même stage peut être réalisé en « couplé » ou de manière mixte pour appréhender 2 spécialités différentes ou, au sein d’une même spécialité, 2 types d’exercice ou d’activité.

Chaque étudiant dispose de nouveaux outils pour construire son projet professionnel.

Les internes peuvent bénéficier d'une année de recherche pour l'accomplissement de travaux de recherche en vue de la préparation d'un master, d'une thèse de doctorat ou d'un diplôme équivalent

Qui peut en bénéficier ?

Pour l'accomplissement de travaux de recherche en vue de la préparation d'un master, d'une thèse de doctorat ou d'un diplôme équivalent, les internes en médecine, en pharmacie et en odontologie peuvent bénéficier d'une année de recherche.

Chaque année, un arrêté des ministres chargés de la santé de l’enseignement supérieur et de la recherche ainsi que du budget fixe le nombre d’internes susceptibles de bénéficier d’une année-recherche. Ce nombre est fixé par interrégion et subdivision pour la médecine, par interrégion pour la pharmacie et au niveau national pour l’odontologie.

La qualité du projet de recherche des internes détermine l’attribution des années-recherche. Elle est évaluée par une commission interrégionale de sélection.

Quand faire une année recherche ?

L'année de recherche s'effectue pour une période continue comprise entre un 1er novembre et un 31 octobre commençant au plus tôt au début de la deuxième année et s'achevant au plus tard un an après la validation du diplôme d'études spécialisées postulé.

L'année de recherche s'effectue durant l'année universitaire suivant son attribution.

Lorsqu'un étudiant est dans l'impossibilité d'effectuer l'année de recherche durant l'année universitaire suivant son attribution, il avertit l'agence régionale de santé six mois avant la date du début de la réalisation de celle-ci. L'étudiant l'effectue alors l'année suivante sauf s’il ne peut plus se prévaloir de sa qualité d’interne au moment où il désire commencer à effectuer cette année-recherche. Dans ce cas, il en perd le bénéfice.

Quelles sont les modalités ?

La demande d’année-recherche est à effectuer auprès de votre Faculté, qui décidera, au cours d'une commission, de l'attribution de cette année-recherche en tenant compte de la qualité de votre projet de recherche. Ceci vous donne la possibilité d'obtenir une allocation de l'Etat.

Dans le cas où vous ne l'obtenez pas, vous pouvez malgré tout demander une disponibilité pour préparer un master 2 recherche. Il vous faudra alors rechercher un financement auprès d'organismes publics ou privés.

 

La demande d’année-recherche est à effectuer auprès de votre Faculté, qui décidera, au cours d'une commission, de l'attribution de cette année-recherche en tenant compte de la qualité de votre projet de recherche. Ceci vous donne la possibilité d'obtenir une allocation de l'Etat.

Dans le cas où vous ne l'obtenez pas, vous pouvez malgré tout demander une disponibilité pour préparer un master 2 recherche. Il vous faudra alors rechercher un financement auprès d'organismes publics ou privés.

 

Le dispositif des stages hors subdivisions permet aux étudiants de 3ème cycle de réaliser des stages en dehors de leur subdivision d’affectation. La réalisation de stages entre les 3 subdivisions de la région Nouvelle Aquitaine est facilitée.

A qui s’adresse le dispositif ?

Le dispositif s’adresse aux étudiants de 3ème cycle ayant validé deux stages :

  • Pour les internes de médecine ayant passé les ECN jusqu’en 2016 : trois stages dans une subdivision autre que celle dans laquelle ils ont été affectés, de préférence au sein de l'interrégion d'origine.
  • Pour les internes de médecine ayant passé les ECN 2017 et suivants :
  • deux stages dans une subdivision de leur région au cours des deux premières phases de formation du troisième cycle
  • deux stages dans une région différente de celle dont relève leur subdivision d'affectation, au cours de la phase d'approfondissement.

Les critères d’examens par la commission :

Les demandes sont examinées par une commission présidée par Monsieur le Doyen, et réunissant des représentants des coordonnateurs, des internes, du CHU et de l’ARS au regard :

  1. Des impératifs de formation :

Il s’agit des cas où la réalisation d’un SHS est rendue nécessaire pour satisfaire aux obligations de maquette (insuffisance des capacités de formation dans la subdivision) étant entendu que la demande peut être acceptée dès le début de cursus et qu’il convient de privilégier la réalisation du stage au sein des deux autres subdivisions de la région Nouvelle Aquitaine.

L’appréciation repose sur les justifications pédagogiques apportées par coordonnateur.

  1. De l’apport de nouvelles compétences et / ou techniques pouvant être mises en œuvre dans la subdivision d’origine :
  1. de ce stage est de permettre à l’interne d’acquérir de nouvelles compétences ou techniques dans un service reconnu pour son expertise particulière ou son champ innovant. Cette innovation doit être justifiée par le coordonnateur.

Ces stages ne pourront être acceptés que si l’interne justifie qu’il pourra mettre en œuvre les nouvelles compétences ou techniques acquises dans son exercice professionnel à son retour dans sa subdivision d’origine.

  1. Du retour dans la subdivision d’origine :

Les demandes de stages hors subdivision, en particulier celles présentées en fin de cursus (deux derniers semestres), doivent être accompagnées du projet de post internat concret et précis de l’interne à son retour dans la subdivision.

Pour apprécier ces critères, la commission se fonde sur les attestations fournies par le coordonnateur, le chef de service et le chef de pôle parrainant l'échange, les informations en possession de la faculté.

L'engagement du candidat exposé dans sa lettre de motivation et les pièces justificatives produites à l’appui du dossier pour confirmer le projet d’installation de l’interne au sein de la subdivision sont également des éléments déterminants pour l’acceptation de la demande.

 

Modalités de dépôt d’une demande de SHS :

Le dossier de demande de dépôt doit être déposé auprès de chaque faculté : celle d’origine de l’interne et celle d’accueil dans les délais fixés par chaque faculté.

Pour mémoire les dates limites de dépôt sont arrêtées par chaque faculté et interviennent au plus tard quatre mois avant le début du stage concerné soit :

  • Jusqu’au 30 juin pour le semestre d’hiver
  • Jusqu’au 1er janvier pour le semestre d’été

Réaliser son stage hors subdivision en outre-mer

Les modalités présentées ci-dessus s’appliquent pour l’ensemble des stages hors subdivisions, qu’ils soient réalisés en métropole ou en outre-mer.

Consultez la liste des lieux de stages et les modalités de candidature sur le site internet de la faculté de Bordeaux.

Le droit au remords permet aux étudiants de 3ème cycle de changer le choix qu’ils ont effectué à la suite des épreuves nationales classantes (ECN), tout en restant dans la même subdivision :

  • pour les internes ayant passés les ECN jusqu’en 2016, dit internes de « l’ancien régime » : changement de discipline,
  • pour les internes ayant passés les ECN jusqu’en 2017 et suivants, et soumis à la réforme du 3ème cycle des études médicales, dit internes de la « R3C » : changement de spécialité.

Quelles sont les conditions ?

  1. demander une discipline (pour les internes de l’ancien régime) ou de spécialité (pour les internes de la R3C) dans laquelle des postes ont été ouverts pour les ECN à l'issue desquelles il a été définitivement affecté.
  2. être classé à l'issue des ECN à un rang au moins égal à celui du dernier candidat issu des mêmes ECN (non signataire d'un contrat d'engagement de service public au moment de la procédure nationale de choix) et affecté, dans la même subdivision, dans la discipline (pour les internes de l’ancien régime) / spécialité (pour les internes de la R3C) au profit de laquelle il demande son changement.

Pour les internes soumis à la réforme du 3ème cycle, si la condition énoncée au 2) n’est pas remplie, il est possible de demander à intégrer une spécialité pour laquelle le nombre d'étudiants issus des mêmes ECN ayant opté pour cette spécialité est inférieur au nombre de postes ouverts dans la spécialité et dans la subdivision aux ECN à l'issue desquelles il a été affecté.

Toute demande doit être présentée avant le 4ème semestre.

A quel moment du cursus de formation faire un droit au remords ?

La demande doit être adressée avant la fin du quatrième semestre, aussi bien pour les internes de « l’ancien régime » que pour ceux soumis à la réforme du 3ème cycle (soit avant la fin du 2ème semestre de la phase 2).

Ce changement s'effectue dans la même subdivision.

Quelles sont les démarches à réaliser ?

Au préalable, il est essentiel d’informer et de discuter de son projet avec le coordonnateur local de la discipline actuelle et de la discipline souhaitée, ainsi qu’avec les représentants des internes correspondants.

Les internes soumis à la réforme du 3ème cycle doivent adresser leur demande de changement de spécialité par courrier à la faculté au directeur de l'unité de formation et de recherche dans laquelle il est inscrit qui recueillie l’avis du coordonnateur local de la spécialité demandée, puis du directeur général de l'agence régionale de santé (ARS) concernant les capacités de formation en stage.

La demande doit être présentée au cours des deux premiers mois du semestre de formation soit avant le 1er janvier (pour une prise en compte pour le semestre d’été) et avant le 30 juin (pour une prise en compte pour le semestre d’hiver).

Quelles sont les conséquences d’un droit au remords ?

Les stages effectués précédemment peuvent être validés au titre de la nouvelle spécialité choisie, conformément à la maquette de diplôme d'études spécialisées, selon des modalités fixées par les conseils des unités de formation et de recherche médicales concernées, sur proposition du coordonnateur local de la nouvelle spécialité.

L'ancienneté est alors calculée en fonction du nombre de semestres validés par le coordonnateur de la discipline d'arrivée.

Tout droit au remords est définitif et ne peut être exercé qu'une seule fois.

u cours de son cursus un étudiant peut être amené à demander à être placé en surnombre.

Cette situation de surnombre ne sera pas désavantageuse pour lui puisque celui-ci gardera son ancienneté.

Les différents types de surnombres

Il existe 2 types de surnombre :

  • Le surnombre validant : vous choisissez en surnombre un poste auquel vous auriez eu accès au regard de votre rang de classement. Vous ne devez pas être absent plus de deux mois de stage (hors congés). En effet, si le stage est inférieur à 4 mois, quelle qu’en soit la raison, le semestre n’est pas validé.
  • Le surnombre non validant : vous choisissez en surnombre, en dehors de la liste d’appel, indépendamment de votre rang de classement, un poste offert aux choix des internes. Dans ce cas-là, le stage ne sera pas validé et ce quelle qu’en soit la durée du stage.

Les stages non validés sont pris en compte dans le calcul de l'ancienneté lorsque le motif d'invalidation est lié à l'une des situations ci-dessous mentionnées. En revanche, ils ne sont pas pris en compte dans les obligations de formation universitaire prévues pour chaque diplôme postulé. Dans ce cas, l'étudiant de troisième cycle des études de médecine concerné accomplit un stage complémentaire.

Qui peut en bénéficier ?

Les étudiants qui invoquent les motifs suivants :

  1. état de grossesse
  2. congé de maternité
  3. affection donnant lieu à un congé de longue durée ou à un congé de longue maladie prévus à l'article R. 6153-15 et 16 du code de la santé publique
  4. un handicap tel que défini à l'article L. 114 du code de l'action sociale et des familles peuvent demander à bénéficier d’un surnombre validant ou non.

Quelles sont les modalités ?

L’étudiant qui se trouve dans les situations ci-dessus mentionnées doit consulter le service de santé au travail de son centre hospitalier universitaire de rattachement. Ce service se rapproche du service de santé au travail de l'entité où l'étudiant accomplit son stage. L'étudiant transmet au directeur général de l'agence régionale de santé dont il relève les justificatifs nécessaires dont les avis médicaux et l'avis du médecin du service de santé au travail. Il précise à ce moment son choix de choisir en surnombre validant ou non.

Impossibilité de participer aux choix

Si un étudiant ne participe pas à un choix semestriel de postes en raison de l'interruption de sa formation pour un motif autre que la mise en disponibilité et dûment justifié auprès du directeur général de l’ARS et du directeur de son UFR d'inscription, à sa demande, il sera affecté en stage, dans l'attente du choix semestriel suivant. Il accomplira son stage en surnombre sur un poste agréé de sa subdivision, proposé au choix semestriel et auquel il aurait eu accès au regard de son ancienneté de fonctions validées et de son rang de classement. Ce poste est arrêté par le directeur général de l’ARS en lien avec le directeur de son UFR.

Internat de médecine

Afin de préparer votre arrivée au CHU de Bordeaux, vous pouvez télécharger le dossier administratif et médical vous concernant, que vous devrez adresser aux affaires médicales de CHU de Bordeaux.

Aller plus loin

Réglementation

Médecine et biologie médicale

Décret du 25 novembre 2016 relatif à l’organisation du 3ème cycle des études de médecine modifie la section du code de l’éducation concernée et pose les principes novateurs de la réforme.
Arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du 3ème cycle des études de médecine
Arrêté du 21 avril 2017 relatif aux connaissances, aux compétences et aux maquettes de formation des diplômes d’études spécialisées et fixant la liste de ces diplômes et des options et formations spécialisées transversales du 3ème cycle des études de médecine

Arrêté du 27 novembre 2017 modifiant l'arrêté du 12 avril 2017 relatif à l'organisation du troisième cycle des études de médecine et l'arrêté du 21 avril 2017 relatif aux connaissances, aux compétences et aux maquettes de formation des diplômes d'études spécialisées et fixant la liste de ces diplômes et des options et formations spécialisées transversales du troisième cycle des études de médecine

Odontologie

Arrêté du 18 octobre 2017 fixant la réglementation applicable à la formation commune à la médecine et à l'odontologie délivrée dans le cadre du diplôme d'études spécialisées de chirurgie orale et modifiant l'arrêté du 31 mars 2011 fixant la liste des formations qualifiantes et la réglementation des diplômes d'études spécialisées en odontologie

Contact

Contenu

Courriel : ars-na-dosa-pgfps-sfps@ars.sante.fr

  • Subdivision de Bordeaux :

    ARS Nouvelle-Aquitaine :

    Sandrine DULIEU, Gestionnaire de l’internat de pharmacie, odontologie et des agréments
    Tél : 05.57.01.44.67

    Hélène DELAS, Gestionnaire de l’internat de médecine
    Tél : 05.57.01.44.64

    Nathalie EHRET, Cadre chargée de la gestion de l’internat de la subdivision de Bordeaux
    Tél : 05.57.01.44.24

    Université :

    Département de Médecine Générale
    Chantal BONNIN / Anaïs CAMAROQUE
    Tél : 05 57 57 13 11
    Courriel : scolarite.medecine-generale@u-bordeaux.fr

    Département 3ème cycle des études médicales spécialisées
    Valérie CAZERES & Stéphanie MARTIN
    Tél : 05 57 57 56 76
    Courriel : scolarite.medecine-specialisee@u-bordeaux.fr

  • Subdivision de Limoges :

    ARS Nouvelle-Aquitaine :

    Alexandra DELTREIL
    Tél : 05.55.45.83.13

    Université :

    Cyril Kahfujian
    Tél : 05.55.43.58.11 Courriel : cyril.kahfujian@unilim.fr

  • Subdivision de Poitiers :

    ARS Nouvelle-Aquitaine :

    Jean-Pierre COCQUET
    Tél : 05.49.44.83.95

    Université :

    Gilles KITOYI
    Tél : 05.49.45.43.06 Courriel : gilles.kitoyi@univ-poitiers.fr