Nouvelle-Aquitaine

COVID-19 - Quelle stratégie de dépistage Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine ?

Article
Visuel
La Nouvelle-Aquitaine se mobilise pour continuer à limiter la propagation du virus. Le point sur la situation en Nouvelle-Aquitaine.
Corps de texte

Le département du Lot-et-Garonne est classé depuis le 18 mars dans la liste des zones d’exposition à risque pour le Covid-19 (1). Par conséquent, et face à une augmentation importante du nombre de cas dans toute la région, le dépistage systématique des personnes présentant des symptômes (y compris les cas contact) devient inutile (2). Tester tous les patients présentant des symptômes conduirait à saturer la filière de dépistage alors que pour les cas graves et les structures collectives de personnes fragiles, le dépistage permet toujours de comprendre et prendre des mesures immédiates.

Le décompte des cas ne se fonde donc plus uniquement sur les cas diagnostiqués biologiquement, mais sur des estimations épidémiologiques, comme cela se fait pour la grippe tous les ans (nombre de consultations, nombre de cas graves ou de décès…). Ces analyses permettent d’avoir une vision de l’évolution de la propagation du coronavirus dans les différents territoires de la région et d’adapter ainsi la réponse sanitaire.

Concrètement, si un médecin généraliste estime qu’une personne a les symptômes évocateurs du Covid-19 sans risque de développer des complications, il traitera cette personne comme si elle était atteinte du Covid-19 (prescription d’isolement à domicile pendant 14 jours, suivi de l’aggravation des symptômes…) mais sans faire de test de confirmation et ce patient n’apparaitra pas dans le décompte des cas confirmés réalisé par Santé publique France et communiqués quotidiennement par l’ARS.

La doctrine « test » appliquée par la France est, depuis le début de l’épidémie, alignée sur les recommandations et pratiques internationales.     

Ainsi, au stade 1 et 2, la stratégie consistait en un dépistage systématique des cas possibles et des cas probables (personne contact à risque élevé dès l’apparition de symptômes). Durant cette période, la France a testé l’ensemble des cas contacts des malades, ce qui a permis un contrôle, par exemple, du foyer de Contamines Montjoie.

En stade 3, c’est-à-dire en phase épidémique, le principe est de ne plus tester systématiquement. Il n’y pas de droit à être dépisté, et pas d’avantage particulier à le faire pour la population générale.

Après consultation du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP), les tests ne sont donc plus réalisés de manière systématique et restent destinés en priorité à six types de populations :

  • Les personnes fragiles présentant des symptômes évocateurs du COVID-19, à risque de développer des formes graves (insuffisants respiratoires, immunodéprimés ... – voir page Arrêts de travail),
  • Les trois premières personnes présentant des symptômes évocateurs du COVID-19 dans les structures médico-sociales, notamment les maisons de retraites, et dans les structures collectives hébergeant des personnes vulnérables, pour prendre des mesures immédiates afin d’éviter une transmission entre les résidents,
  • Les personnes hospitalisées présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 car il faut pouvoir comprendre rapidement l’état du patient et éviter les transmissions par des mesures d’isolement et d’hygiène appropriées ;
  • Les femmes enceintes symptomatiques quel que soit le terme de la grosses ;
  • Les donneurs d’organes, tissus ou cellules souches hématopoïétiques.
  • Les professionnels de santé dès l’apparition des symptômes évocateurs de COVID-19 ;

Pour les autres patients symptomatiques, l’examen clinique devient majeur dans l’identification et la bonne orientation des patients Covid-19. Cette stratégie de priorisation des tests dans un contexte de transmission active du virus et de rationalisation des ressources diagnostiques est en conformité avec les recommandations de l’ECDC, de la Commission Européenne  et de l’OMS . Le dépistage ne sert pas à mesurer l’épidémie, mais à la contenir.

 

En Nouvelle-Aquitaine, les tests de dépistage sont réalisés par les laboratoires des 3 CHU, les laboratoires de certains centres hospitaliers de 2ème ligne et des laboratoires privés.

Attention ! Cette stratégie ne peut être efficace qu’avec la mobilisation de tous. Les mesures de confinement et les gestes barrières sont à appliquer scrupuleusement pour se protéger soi, mais aussi protéger les autres, et notamment ceux qui pourraient développer des formes graves de la maladie. 

Pour en savoir plus : Quelles règles à appliquer ?