Nouvelle-Aquitaine

COVID-19 - Quelle organisation sanitaire pour faire face à la crise ?

Article
Visuel
Photo admission hôpital
Articulation : établissements, médecine de ville et réserve sanitaire.
Corps de texte

Les structures

3 ÉTABLISSEMENTS DE RÉFÉRENCE

Un premier niveau de réponse s’appuie sur les établissements de santé de première ligne : les CHU de Bordeaux, Limoges et Poitiers. Ces établissements disposent notamment d’un plateau technique hautement spécialisé, opérationnel 7j/7, un service de maladies infectieuses avec chambres d’isolement et un service de réanimation. Ils disposent également d’une capacité de diagnostic virologique (laboratoire LSB3) équipés pour réaliser les tests COVID-19.

14 ÉTABLISSEMENTS DE 2e LIGNE

14 établissements de 2e ligne ont été habilités par l’ARS pour la prise en charge des patients « cas possibles » et confirmés au COVID-19. Il s’agit des centres hospitaliers de : Angoulême, La Rochelle, Saintonge, Brive, Périgueux, Libourne, Mont-de-Marsan, Dax, Agen, Pau, Côte Basque (Bayonne), Niort, Tulle et Guéret

Ces établissements sont pour la plupart siège d’un Samu-Centre 15 et disposent des capacités suffisantes pour prendre en charge un grand nombre de patients qui peuvent être isolés. Ils disposent pour la majorité d’un service de réanimation pour les cas les plus graves.

Déprogrammation des activités pour prioriser les prises en charge des patients Covid-19 et adaptation des capacités d’accueil des établissements

L’ARS Nouvelle-Aquitaine a demandé à l’ensemble des établissements de santé publics et privés de déprogrammer sans délai toutes les activités chirurgicales ou médicales non urgentes et sans risque pour les patients.

L’objectif est de prioriser l’accueil de patients Covid-19 : 

  • en libérant des capacités de lits de réanimation, et plus généralement de soins critiques et de salle de surveillance post interventionnelle (SSPI),
  • en priorisant l’affectation des personnels et la mise à disposition des matériels nécessaires à la réanimation et aux soins critiques.

Au 18 mars, la région dispose de 1 610 lits de réanimation dont 482 sont disponibles. Ces capacités augmentent chaque jour grâce à la démarche de déprogrammation des activités demandée par l’ARS.

Au titre de la solidarité nationale, des lits de réanimation de Nouvelle-Aquitaine pourront être utilisés pour accueillir des patients Covid-19 provenant d’autres régions saturées.

Pour compléter ce dispositif, l’ARS a également demandé de définir sur chaque territoire un schéma de solidarité entre établissements et d’organiser des réaffectations possibles de ressources humaines médicales et non médicales entre établissements libérés par la déprogrammation de certaines activités, notamment chirurgicales.

Mobilisation de la médecine de ville

Au stade 3, face à l’extension de l’épidémie, le médecin traitant devient le premier recours dans la prise en charge des patients. Ainsi, la communication nationale évolue pour orienter les patients en première intention vers leur médecin traitant et ne conseiller l’appel au 15 qu’aux patients ayant des symptômes plus sévères et/ou n’ayant pas pu joindre leur médecin traitant.

Les mesures de confinement actuelles et le fait que 80% des patients Covid-19 pourront être pris en charge en ambulatoire font de la téléconsultation un outil à privilégier pour le diagnostic et le suivi des patients à distance (ces téléconsultations sont remboursées par l’Assurance maladie). En cas de doutes ou d’aggravation des symptômes, le relai sera assuré par une consultation physique et si besoin en unité spécialisée.

Certains territoires seront particulièrement touchés. De manière à faire face à la progression inévitable de l’épidémie, il est nécessaire d’organiser une solidarité médicale à l’échelle de la région. Un appel au volontariat sera donc lancé pour proposer des plages de soins non programmés par téléconsultation permettant de soulager les médecins en débordement.

Réserve sanitaire

La réserve sanitaire regroupe des professionnels de tous les métiers du secteur de la santé, salariés, libéraux ou retraités, elle est mobilisée par les autorités lorsqu’une situation sanitaire exceptionnelle nécessite l’envoi de renforts (infirmiers, médecins, mais aussi ingénieurs, logisticiens, épidémiologistes, psychologues, secrétaires médicaux etc…).

Vous êtes professionnels de santé, vous souhaitez vous investir dans la gestion de la crise, rendez-vous sur :

http://www.reservesanitaire.fr/index.php/logins/preinscription