COVID-19 – L’ARS Nouvelle-Aquitaine mobilisée 7j/7

Article
Visuel
Photo délégation départementale et Siège - Gironde (33)
Depuis fin janvier et la confirmation du premier cas français de Covid-19 au CHU de Bordeaux, la cellule de crise de l’ARS NA est activée. Son siège et ses 12 délégations départementales sont mobilisées 7 jours/7 et 24h/24 pour organiser et soutenir le système régional de santé face au Covid-19, avec le Ministère des solidarités et de la santé, les préfets et les acteurs de santé de la région.
Corps de texte

Une action de l’ARS Nouvelle-Aquitaine qui a évolué en fonction des différentes phases de la gestion de la crise Covid19

Le 1er cas de Covid-19 en France a été repéré et pris en charge au CHU de Bordeaux, fin janvier. Depuis cette date, l’ARS s’est mise en alerte et a mis en place des mesures ciblées pour casser les chaînes de contamination.

Les agents de l’ARS Nouvelle-Aquitaine et de Santé publique France en région se sont mobilisés  pour assurer le contact-tracing de chaque nouveau cas. Des équipes au siège et dans les 12 départements, organisées en cellules de crise au niveau régional et dans chaque département, ont fait un travail exhaustif et primordial pour identifier et mettre à l’isolement les personnes potentiellement malades et contagieuses. Cette action a été la clé de voûte qui a permis de casser les chaînes de contamination dans la région.

Concrètement, des équipes de l’ARS se sont relayées pour appeler systématiquement et individuellement, 7j/7, chaque personne détectée positive au Covid-19 dans la région, pour évaluer son état de santé, la rassurer, la guider et surtout identifier l’historique des contacts rapprochés que les personnes ont eu, à compter de 48h avant l’apparition des symptômes. Ces personnes contacts ont ainsi pu être immédiatement appelées pour leur signaler qu’elles avaient été exposées au virus, qu’elles devaient par précaution rester confinées chez elles pendant 14 jours et aller se faire dépister, dès qu’elles présentaient des symptômes de la maladie.

Au stade 3, le virus circulant sur l'ensemble du territoire, l'objectif de la surveillance sanitaire a évolué. L’objectif est devenu d'atténuer les effets de la vague épidémique et de limiter l’engorgement du système de santé. Lee nombre de cas confirmés devenant trop important, le travail minutieux de recherche des cas contact n’était plus réalisable. Toutefois, l’ARS Nouvelle-Aquitaine a décidé de maintenir un appel auprès de tous les cas confirmés pour continuer leur suivi et leur rappeler la nécessité de prévenir toutes les personnes avec qui elles avaient été contact rapproché pour appliquer qu’elles appliquent les conduites à tenir (auto-surveillance de l’apparition des symptômes, appel au 15 en cas d’aggravation, application des mesures barrières…).

L’ARS a également organisé la logistique (en lien avec les centres hospitaliers) de livraison de masques au domicile des cas confirmés ou des personnes contacts.

Au total, ce sont plus de 33 000 appels depuis le 16 mai pour le suivi des malades et des cas contacts (jusqu'au 23 août) par les équipes de l’ARS.

Depuis le 11 mai, début du déconfinement progressif, la stratégie de dépistage a de nouveau évoluée en s’appuyant sur 3 actions majeures : dépister, tracer et isoler. L’ARS a en charge le pilotage général de ce volet sanitaire de la crise Covid19, en lien avec l’Assurance maladie, les préfectures, les collectivités et les acteurs de santé des 12 départements de la région.

Le dépistage est proposé en 1ere ligne par le médecin traitant, qui assure la recherche des personnes contacts de l’entourage familial si le test est positif. Ce travail est complété par les équipes des CPAM qui élargissent la recherche des cas contacts et leur présenter les consignes sanitaires (confinement, test de dépistage à J+7, la prescription d’arrêt de travail si nécessaire, évaluer les besoins d’accompagnement social).

L’ARS prend ensuite le relai pour assurer un suivi sanitaire des cas confirmés et des personnes contacts (suivi de leur situation, rappels des consignes sanitaires, besoin d’accompagnement social ou solution d’isolement). Elle rappelle toutes ces personnes (cas confirmés et personnes contacts à 3 reprises à J+ 3 de la transmission de l’information par la CPAM, à J+6 et J+14). L’ARS est également chargée du suivi des tous les clusters (3 cas confirmés dans une structure collective ou au sein d’un rassemblement de plus de 10 personnes et des situations complexes (un cas suspect et 1 ou 2 cas confirmés dans ces mêmes situations).

Pour en savoir plus :

Soutenir les acteurs et organiser la réponse du système de santé

L’ARS apporte son appui aux professionnels de santé (professionnels libéraux, établissements, Samu, etc) qui sont fortement sollicités par la population et impliqués dans la prise en charge des cas possibles ou confirmés, et organise la réponse du système de santé pour faire face à cette situation sanitaire exceptionnelle.

Parmi les mesures prises et l’accompagnement apporté aux acteurs du système de santé, on peut citer :

  • La diffusion de recommandations sanitaires,
  • Le suivi des établissements de santé dans la mobilisation de leurs moyens humains et de mise à disposition des matériels nécessaires à la prise en charge « Covid-19 »,
  • Le suivi de la distribution des stocks d’équipements de protection des établissements sanitaires, médico-sociaux et professionnels libéraux,
  • Le suivi de la disponibilité des lits « Covid-19 » dans les établissements habilités,
  • La réponse aux sollicitations diverses, la communication auprès des acteurs régionaux et l’information du public.

L’ARS a également en charge l’ensemble des établissements de santé et médico-sociaux accueillant, de jour et/ou de nuit, les personnes en situation de handicap (adultes et enfants) et les personnes âgées (EHPAD). Elle se mobilise pour prévenir, protéger et préparer la prise en charge de ces populations. Dans le cadre de l’épidémie de Covid-19, elle organise la mise en place de mesures de protection très strictes de confinement dans les établissements prenant en charge des personnes âgées (EHPAD en particulier) et maintient l’accompagnement médico-social nécessaire à la préservation de l’état de santé global des personnes en situation de handicap, par un principe de précaution visant au maintien au domicile et d’une continuité de l’accompagnement (IME et ESAT en particulier). Une attention particulière est également apportée par l’ARS à la prévention et à l’accès aux soins des personnes en situation de précarité ainsi que des détenus.

Au total, ce sont près de 250 agents de l’ARS qui sont mobilisés, 7 jours sur 7, en cellule de crise pour freiner la diffusion du virus dans notre région (appuyés par roulement par le reste du personnel de l’agence) et continueront de l’être tant que la situation sanitaire l’imposera.