Nouvelle-Aquitaine

COVID-19 - ETS - Prise en charge des patients atteints du Covid-19

Article
Visuel
Photo patiente en consultation
Les établissements de santé de 1ère et 2ème ligne sont mobilisés, en première intention pour assurer la prise en charge des patients présentant des formes sévères ou graves. Dans ce contexte épidémique, leur organisation doit s’adapter pour assurer à la fois la prise en charge patients COVID-19 et la continuité des soins pour les autres patients.
Corps de texte

Afin de préparer et gérer les tensions hospitalières, un guide élaboré par le ministère de la santé est proposé aux directeurs d’établissements, aux présidents de commission médicale d’établissement (CME) et aux personnels des établissements de santé publics et privés :

Ministère de la santé - Guide de gestion des tensions hospitalières et des situations sanitaires exceptionnelles au sein des établissements de santé

Dans un contexte de forte mobilisation des ressources, les capacités de prise en charge des urgences vitales ainsi que les circuits existants habituels doivent être maintenus.

De ce fait :

  • L’appel au médecin traitant est à privilégier pour les patients COVID-19 présentant une forme simple ou modérée (prise en charge en ville) ;
  • L’appel au 15 reste à privilégier pour les patients présentant des signes de gravité et les patients n’ayant pas de médecin traitant.

Une stratégie d’adaptation des SAMU est mise en place et repose sur : le renforcement des équipes et des capacités, l’organisation de gestion des appels et un dispositif d’orientation des patients sans médecins traitants via une plateforme téléphonique de l’Assurance Maladie.

Pour en savoir plus :

Retrouvez toutes les informations sur le dépistage RT-PCR et le diagnostic par scanner thoracique sur le site :

Afin de permettre une surveillance épidémiologique et un pilotage opérationnel le plus efficace possible, les informations doivent être saisies dans SI-VIC chaque jour avant 14h00.

Les établissements de santé doivent saisir systématiquement dans SI-VIC, les patients hospitalisés présentant :

  • Un diagnostic de COVID-19 confirmé biologiquement ;
  • Ou, une tomodensitométrie thoracique évocatrice de diagnostic de COVID-19.

Le décret n° 2020-114 du 25 mars 2020 (JO 26/03/20) et le décret no 2020-337 du 26 mars 2020 (JO 27 mars2020) autorisent la prescription, la dispensation et l’administration de l’hydroxychloroquine et de l’association lopinavir / ritonavir sous la responsabilité d’un médecin dans les établissements de santé prenant en charge les patients atteints par la Covid-19.

Ces prescriptions interviennent, après décision collégiale, dans le respect des recommandations du Haut conseil de la santé publique (HSCP) et, en particulier, de l’indication pour les patients atteints de pneumonie oxygénorequérante ou d’une défaillance d’organe.

Les conditions de dispensation et les précautions à prendre et surveillances des effets indésirables de ces deux molécules sont précisés dans la fiche mémo :

Les informations relatives aux effets indésirables de ces médicaments sont à signaler au Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV).

Les services de l’ARS et de l’OMEDIT sont à disposition pour toute information complémentaire.

Rappel de la stratégie globale

L’épidémie de covid-19 a nécessité le renforcement de la capacité en soins critiques de notre région et notamment des capacités de réanimation.

Ce renforcement a été réalisé soit par extension des services de réanimation existants, soit par transformation de capacités de soins continus ou intensifs, soit par création/transformation de SSPI.

Lorsque cette démarche concernait des établissements non détenteurs préalablement d’une autorisation de réanimation, elle a été conduite en coordination avec les 3 CHU, afin d’aboutir à la reconnaissance d’autorisations dérogatoires de réanimation.

Ce travail a permis d’augmenter la capacité en lits de réanimation de la région de près de 50%.

Pour en savoir plus sur les grands principes qui ont guidé cette démarche :

 Préconisations organisationnelles issues des premiers RETEX

Les extensions capacitaires peuvent nécessiter de mobiliser des renforts soignants internes voire externes, pour lesquels le niveau de compétences et de formation ne sont pas directement adaptés à la nouvelle mission qu’il leur est demandé d’assurer.  

Si notre région n’a pas été directement confrontée à ce type de situation jusqu’à présent, des préconisations organisationnelles ont été émises, dans une logique de capitalisation des expériences, en cas de résurgence forte de l’épidémie et de tension extrême sur les lits de soins critiques.  Ainsi, ont notamment été mis à disposition des établissements concernés :

  • Des supports pédagogiques adaptés « FORMATION  COVID 19 » ;
  • Des recommandations plus précises relatives aux organisations soignantes à mettre en place, élaborées par un groupe de travail FHF/ARS constitué de directeurs des soins et des ressources humaines, à partir de retours d’expérience de soignants partis en mission de renfort dans la région Grand-Est (Pour en savoir plus : Lien vers la fiche : « Préconisations organisationnelles PEC COVID 19 dans les unités de soins critiques»
  • Des propositions de planning en 12 heures (CH d’Agen-Nérac et CH de Niort).

Pour en savoir plus :

Pour en savoir plus :

Retrouver toutes les informations sur la Foire Aux Questions régulièrement actualisée.

 

En phase épidémique, la gestion des ressources est primordiale pour assurer une bonne visibilité des capacités de prises en charge et ainsi favoriser les bonnes orientations. Il s’agit de s’appuyer sur les outils existants dont le Répertoire Opérationnel des Ressources  (ROR) et ViaTrajectoire (VT).

Répertoire Opérationnel des Ressources

Prochainement.

ViaTrajectoire

Pour toutes les demandes d’orientation sanitaire (demande d’admission en Soins de Suite et Réadaptation (SSR), en Hospitalisation à Domicile (HAD) ou en Unité de Soins Palliatifs (USP)), le prescripteur doit renseigner le nouvel indicateur "COVID-19" dans le dossier du patient.

Ceci afin d'alerter l'unité receveuse sur sa situation infectieuse.