COVID-19 - ETS - Appui des établissements de santé au secteur du médico-social

Article
Visuel
Crédit : Fotolia
Dans le contexte d’épidémie liée au COVID-19, la situation des personnes âgées vivant en établissement (EHPAD, résidence autonomie, résidence service) et des personnes en situation de handicap vivant à domicile (la très grande majorité) ou en établissement nécessite l’appui de tous les professionnels de santé qu’ils soient libéraux, salariés et en établissements de santé.
Corps de texte

Il s’agit d’assurer la continuité des prises en charge mais également la qualité et la sécurité de l’accompagnement en soutien des professionnels de ces établissements.

L’organisation d’un  soutien gériatrique par :

  • la mise en place d’une astreinte « personnes âgées » de territoire, joignable par téléphone et par mail de 8h à 19h même le week-end. Un établissement référent de territoire sera chargé de sa coordination
  • Un appui renforcé des équipes mobiles de gériatrie (EMG), sous la coordination de l’établissement référent de territoire. Les  EMG participent à l’astreinte territoriale gériatrique et se déplacent, si besoin, au sein de l’EHPAD.
  • La mise en place d’une filière organisée d’hospitalisation des personnes âgées, intégrant le SAMU Centre 15, les services d’urgences, les hôpitaux de proximité, les services de gériatrie, les services de médecine interne et les établissements de SSR de tous statuts. Le référent gériatrique de territoire organise la collégialité de la décision d’orientation/hospitalisation des personnes âgées via l’astreinte gériatrique de territoire.

L’appui des établissements et structures d’HAD par :

  • La prise en charge en EHPAD/résidence autonomie/résidence service, des résidents Covid-19 ne requérant pas de surveillance continue 24h/24 en soins intensifs mais relevant d’une hospitalisation.
  • L’intervention auprès des autres résidents pour assurer les besoins quotidiens en soins
  • La dispensation de conseils et d’expertise hospitalière sur la prise en charge, le suivi et l’organisation des soins des résidents ainsi que pour la mise en œuvre des procédures COVID-19.

L’appui en matière de prise en charge des soins palliatifs par :

  • La mise en place d’une astreinte en matière de soins palliatifs, en lien avec l’astreinte gériatrique ;
  • L’adaptation du mode d’intervention et de fonctionnement des EMSP ;
  • L’assouplissement des conditions et modalités de prescription et délivrance de certains médicaments ;
  • La structuration de la filière soins palliatifs sur le territoire 

L’appui à la protection des professionnels et à l’hygiène des locaux par :

  • La possibilité de solliciter  les équipes mobiles d’hygiène (EMH) et les centres d’appui pour la prévention des infections associées aux soins (CPias) sur la prévention des risques infectieux ;
  • L’intervention des équipes opérationnelles d’hygiène hospitalière pour aider les personnels des EHPAD à organiser et mettre en œuvre les mesures d’hygiène et de protection au sein des établissements. Elles peuvent intervenir en lien avec l’astreinte de gériatrie du territoire.

Pour en savoir plus :

Contribuer à l’accès aux soins des personnes handicapées à domicile ou en établissement  par :

  • la mobilisation des ressources régionales spécifiques au handicap, des astreintes téléphoniques spécialisées (pouvant s’appuyer sur les astreintes gériatriques mises en place sur les territoires qui peuvent élargir leur périmètre aux personnes handicapées), des astreintes des soins palliatifs qui mobilisent l’HAD et les équipes mobiles de soins palliatifs au sein des ESMS,
  • le renforcement des coopérations sanitaires /médico-sociales permettant de dispenser les conseils utiles au sein des ESMS notamment en matière d’hygiène (équipe mobile d’hygiène hospitalière),
  • la mobilisation des expertises spécialisées existantes au sein des établissements de santé qui doivent venir en appui  des professionnels de 1ère ligne et des ESMS (Centres ressources et experts, consultations dédiées à l’accès aux soins somatiques des personnes handicapées, …),
  • le maintien du suivi à domicile des personnes handicapées par les professionnels de santé médicaux ou non médicaux pour éviter les décompensations des personnes fragiles avec des pathologies chroniques (téléconsultations par téléphone ou vidéo désormais possibles),
  • un accès facilité au dépistage des personnes handicapées et des professionnels des ESMS conformément à la doctrine nationale et à l’avis du HCSP du 30 mars 2020. Sont préconisées la mise à disposition des informations permettant de repérer le COVID-19 auprès des aidants et des ESMS, l’utilisation des aides à la communication développés (ex SantéBD), la mobilisation des équipes mobiles de dépistage des établissements de santé au sein des ESMS, la recherche systématique de l’expression des personnes avec l’appui des supports de communication adaptés existants ou des proches. La vigilance est appelée sur les personnes avec troubles cognitifs ou psychiques maintenues à domicile,
  • la mobilisation des structures d’HAD pour le suivi des patients handicapés pouvant être maintenus à domicile ou en ESMS en anticipant les prises en charge (contact préalable à établir). Les conditions d’accès à l’HAD ont été assouplies (conventionnement ESMS/HAD non obligatoire, prescription médicale et accord du médecin traitant a posteriori possibles,  et le télé soin est également développé), 
  • la mise en œuvre et le financement de manière dérogatoire et systématique des transports sanitaires adaptés nécessaires pour accéder aux soins urgents qui ne peuvent être réalisés à domicile (ex. urgences dentaires).

Adapter la prise en charge des forme sévères et critiques dans les ES publics et privés conventionnels :

  • après régulation par le 15, le bénéfice de l’accès direct aux services d’hospitalisation sera privilégié notamment pour les personnes handicapées vieillissantes,
  • faciliter l’accompagnement par un proche aidant ou professionnel de l’ESMS lors de l’hospitalisation si la présence est nécessaire à la facilitation et l’acceptation des soins, aux repas (dérogation)…,
  • mettre à disposition des services d’urgence les recommandations propres à certains handicaps et identifier un référent spécialisé handicap au sein du SAMU,
  • favoriser l’accès au SSR en sortie d’hospitalisation lorsque le retour à domicile ou en ESMS n’est pas possible.

Accompagner la prise en charge des soins palliatifs par :

  • la mobilisation de l’astreinte en matière de soins palliatifs, ainsi que celle des EMSP à domicile et en établissement,
  • l’assouplissement des conditions et modalités de prescription et de délivrance de certains médicaments,
  • la mobilisation de l’HAD.

Pour en savoir plus :