Nouvelle-Aquitaine

Communiqué de presse "Réunion publique radon à Confolens (Charente - 16)" du 07 septembre 2018

Communiqué de presse
Visuel
Image communiqué de presse
L’ARS a réalisé une campagne de mesure du radon dans l’habitat de particuliers durant l’hiver 2017/2018 dans 41 communes du Nord-Est de la Charente classées en catégorie 3 et 2 pour le risque radon, par l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire).
Corps de texte

Une réunion publique est organisée, en collaboration avec la Sous-Préfecture, la Direction départementale des territoires (DDT), l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), le Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (CAUE) et l’ATMO, afin de partager les résultats de cette campagne :

Le mardi 11 septembre 2018 à 18h00
Salle amphithéâtre de la
communauté de communes
Charente-Limousine
8, rue fontaine des jardins à Confolens

Le radon est un gaz radioactif d'origine naturelle, incolore, inodore et sans saveur. Il provient de la désintégration de l'uranium et du radium dans la croûte terrestre.

Affiche Reunion publique relative au radon du 11 septembre

Présent naturellement partout à la surface de la planète, le radon s'échappe surtout des sous-sols granitiques et volcaniques. Il migre du sol jusqu'à l'atmosphère où sa concentration varie notamment en fonction de la géologie et des conditions météorologiques. Son inhalation dans des bâtiments insuffisamment ventilés est dangereuse pour la santé.

Le programme de la réunion publique radon :

  • Le radon et les risques pour la santé,
  • Les résultats de la campagne de mesures 2017/2018,
  • Les suites données à cette campagne,
  • Les travaux réalisables et les organismes pouvant intervenir en appui (CAUE, ANAH,…),
  • Échanges avec le public,
  • Recensement des personnes intéressées par une mesure gratuite à leur domicile durant l’hiver 2018/2019.

Pourquoi réalisons-nous des campagnes de mesure du radon dans l’habitat ?

A l'air libre, le radon est dilué. Sa concentration est donc faible. Dans l'espace plus confiné d'un bâtiment, il peut au contraire s'accumuler et atteindre des concentrations élevées.

Il peut s’infiltrer à travers une dalle poreuse, une fissure, le passage mal colmaté d’une canalisation …, et se retrouver piégé à l’intérieur d’un bâtiment insuffisamment ventilé.

L'inhalation du radon accroît le risque de développer un cancer du poumon. Il s’agit de la seconde cause de cancer du poumon après le tabac. Ce risque augmente avec la concentration et le temps passé dans les locaux.

Ces campagnes permettent d’informer la population sur le radon et les risques pour la santé, d’évaluer la concentration dans les habitats et d’accompagner les personnes pour limiter l’entrée du radon, par des gestes simples ou des travaux.