Communiqué de presse - Covid19 Vaccinatoin en Nouvelle-Aquitaine : point de situation

Communiqué de presse

Depuis le début de la campagne de vaccination en Nouvelle-Aquitaine, 258 046 premières injections de vaccin et 80 310 deuxièmes injections ont été réalisées au 15/02/2021. A cela s’ajoutent les 74 912 doses qui ont permis la vaccination des résidents et des professionnels, essentiellement des EHPAD privés de la région Nouvelle-Aquitaine.

>>> La Nouvelle-Aquitaine : 3ème région en France à avoir le plus vacciné

La Nouvelle-Aquitaine est la 3ème région au plan national à avoir le plus vacciné (après la Bourgogne-Franche- Comté et la Corse), avec 4,3 % de la population qui a reçu au moins une 1ère injection (contre 3,5 % en moyenne en France). Ce taux varie selon les départements de la région de 3,4 % à 6,1 %  (voir détail dans tableau 1 en annexe).
Concernant la cible prioritaire des personnes âgées en EHPAD et Unités de Soins de Longue Durée (USLD), le taux de vaccination atteint 78,5 % pour les premières injections.

 

Au total, au 16 février, 425 050 doses de vaccins ont été livrées dans la région (356 850 vaccins Pfizer, 15 600 Moderna et 52 600 AstraZeneca)
Ces vaccins sont répartis, pour  vacciner les publics prioritaires, sur une cible de 1 250 sites dans la région : 960 établissements pour personnes âgées (EHPAD, USLD,…), 160 Etablissements pour personnes en situation de handicap (Maison d’accueil spécialisée et Foyer d’accueil médicalisé), 130 centres de vaccination (ouverts aux personnes âgées de + de 75 ans ou patients à haut risque et aux professionnels de santé, du médico-social et du secours).

Les 130 centres de vaccination ont assuré 87 650 vaccinations en janvier, 199 800 vaccinations sont prévues en février (Pfizer, Moderna et AstraZeneca).
En fonction des prévisions de livraison de vaccins en Nouvelle-Aquitaine au mois de mars, les centres de vaccination auront la possibilité d’ouvrir progressivement 70 000 nouveaux créneaux pour des 1ères injections pour les 15 jours suivants (environ 16 000 pour la semaine du  1er mars, puis plus de 20 000 par semaine à compter du 15 mars).
A noter : certains centres de vaccination ayant mis en place des listes d’attente, une partie de ces rendez-vous pourront être positionnés sur ces créneaux.
Avec l’appui des délégations départementales de l’ARS, les centres de vaccination pourront ouvrir de nouveaux rendez-vous tous  les lundis en fonction de la programmation de leur activité et des nouvelles livraisons annoncées.
Il est rappelé que les professionnels de santé libéraux de moins de 65 ans ont la possibilité de recevoir le vaccin AstraZeneca, 25 % des doses prévues pour la région Nouvelle-Aquitaine leur étant réservées. Les centres de vaccination disposent de cette information.

L’ARS dispose d’une visibilité à 6 semaines environ sur les livraisons des vaccins (qui peuvent toutefois évoluer à la baisse ou à la hausse).

Sur la base des stocks prévisionnels annoncés, l’ARS veille à répartir les doses avec une approche populationnelle (au prorata des publics prioritaires), en fonction de la circulation virale du département et en prévoyant une solidarité infra départementale quand cela est nécessaire.

Au-delà de la livraison dans les 130 centres de vaccination (1ère et 2ème injection), des doses sont réservées et acheminées pour poursuivre la vaccination dans les EHPAD (2ème dose ou situation de cluster qui a retardé la primo-injection des résidents), dans les MAS et les FAM (personnes en situation de handicap), organiser des opérations de « aller vers » (vacci’bus, séances de vaccination dans des Maisons de santé pluridisciplinaires, …).

AstraZeneca sera  accessible à compter fin février, début mars 2021 via la médecine de ville (avec une livraison par les officines). Il permettra de vacciner les 50 à 65 ans avec facteurs de comorbidités dans un premier temps, avec un nombre de doses limité par professionnel de santé. Une augmentation plus significative des livraisons est prévue à partir d’avril.

D’autres vaccins sont en cours d’examen par l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour obtenir une autorisation de mise sur le marché : CureVac (vaccin allemand à ARN messager), le vaccin de l’américain Johnson et Johnson développé par le laboratoire Janssen au Pays-Bas (à vecteur viral)  et le vaccin américain Novavax (à protéine recombinante).