Nouvelle-Aquitaine

Communiqué de presse - Coronavirus : point de situation en Nouvelle-Aquitaine du 25/04/2020

Communiqué de presse
Coronavirus - COVID-19
Visuel
Visuel COVID-19 / Coronavirus - Communiqué de presse
Sujets abordés :
- Personnes vulnérables et salariés en arrêt pour garde d’enfant : un nouveau dispositif simple et protecteur
- Le secteur de la santé mentale entièrement mobilisé pour l’accompagnement et la prise en charge des patients durant l’épidémie de Covid-19
- Point sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine
Corps de texte

Personnes vulnérables et salariés en arrêt pour garde d’enfant : un nouveau dispositif simple et protecteur

Depuis le début du confinement, les personnes qui ne peuvent pas télétravailler et doivent garder leurs enfants peuvent se mettre en arrêt maladie et toucher des indemnités journalières à hauteur de 90% du salaire brut. Le même système s'applique aux salariés (ou leurs conjoints) dits « vulnérables », qui ont notamment une affection de longue durée.

Le délai de carence habituellement applicable avant le versement des indemnités journalières de sécurité sociale (3 jours) et du complément employeur (7 jours) est supprimé pour ces arrêts, quelle que soit l’ancienneté du salarié.

Afin d’éviter un passage à des indemnités journalières à 66% après 30 jours d’arrêt pour les personnes ayant entre 1 an et 5 ans d'ancienneté (au bout de 40 jours entre 5 et 10 ans d'ancienneté, et 50 jours pour plus de dix ans d'ancienneté), ces personnes seront placées en activité partielle à compter du 1er mai et percevront une indemnité à hauteur de 84% de leur salaire net (100% pour les personnes au Smic). Cette indemnité sera versée au salarié à l’échéance normale de paie par l’entreprise, qui se fera intégralement rembourser par l’Etat dans les mêmes conditions que le reste de l’activité partielle.

Les travailleurs indépendants, les fonctionnaires et les agents contractuels de droit public en arrêt de travail pour ces motifs pourront continuer à être indemnisés dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui, et ce jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire.

-----------------------------------

Le secteur de la santé mentale entièrement mobilisé pour l’accompagnement et la prise en charge des patients durant l’épidémie de Covid-19

Les patients présentant des pathologies psychiatriques constituent une population fragile pour laquelle le risque d’isolement psychosocial est accentué dans le contexte actuel de confinement (limitation des déplacements, suspension des activités de groupe…). Une réorganisation des prises en charge est donc nécessaire pour prévenir le recours à l’hospitalisation à temps complet ainsi qu’aux urgences, mais aussi pour éviter les ruptures de suivi, notamment pour les personnes ayant un traitement médicamenteux et présentant d’autres fragilités de santé.

La continuité du suivi organisée à partir du lieu de vie des patients

Afin de limiter le risque de propagation du virus et de garantir la continuité des soins des patients, les différents lieux de soins ambulatoires (centres médico-psychologiques, hôpitaux de jour) adaptent leurs modalités de fonctionnement en proposant, en fonction du besoin de chaque patient, un suivi à distance ou en présentiel, dans le respect des mesures barrières et de distanciation sociale.

Les services de psychiatrie identifient les patients les plus à risque et adaptent le niveau de prise en charge en fonction de l’évaluation de chaque situation (stabilité sur le plan psychiatrique, adhésion aux soins, niveau d’autonomie, continuité des accompagnements sociaux ou médico-sociaux, présence de proche aidant…). Ils se chargent de contacter régulièrement par téléphone tous les patients, en commençant par les patients les plus à risque.

Tous les acteurs de santé coordonnés pour assurer une réponse adaptée à chaque situation

L’intervention coordonnée des équipes de santé mentale, médecins généralistes, professionnels libéraux, acteurs sociaux et médico-sociaux… est primordiale pour anticiper et répondre aux possibles évolutions des situations des patients. Aussi, les équipes mobiles de pédopsychiatrie et de psychiatrie adulte sont fortement mobilisées et viennent en appui aux établissements partenaires en fonction des besoins : équipes mobiles géronto-psychiatriques en appui des EHPAD ou au domicile des personnes âgées, équipes mobiles psychiatrie précarité mobilisées dans les structures accueillant les personnes à la rue… La coordination des professionnels est également essentielle pour la prise en charge des victimes de violences intrafamiliales dont le risque est augmenté dans le contexte de confinement.

Les consultations à distance privilégiées

Le médecin psychiatre doit pouvoir évaluer la pertinence du recours à la télémédecine en fonction de la situation de chaque patient. Durant la crise sanitaire, le recours au télésoin est également possible pour d’autres professionnels de santé (orthophonistes, ergothérapeutes, psychomotricien) et des consultations à distance de psychologues sont largement proposées. Des groupes de paroles thérapeutiques organisés en visioconférence sont également expérimentés par certains établissements. Toutefois, quand certaines situations ne permettent pas des consultations à distance, un accueil ambulatoire en présentiel ou des visites à domicile sont proposées par les établissements psychiatriques.

Des unités dédiées Covid au sein des établissements psychiatriques

Pour les personnes hospitalisées avant l’épidémie ou hospitalisées depuis, des unités Covid ont été créées au sein des établissements afin d’accueillir les patients suspectés et/ou confirmés porteurs du Covid-19. Ces unités, qui comptent 169 lits au total dans toute la région, disposent chacune d’équipes dédiées et spécialement formées à cette mission.

Un accompagnement des aidants des personnes handicapées psychiques

Au-delà du suivi des patients, des actions de soutien familial et parental peuvent être organisées à distance dans la mesure du possible.  Dans chaque département, un numéro d’appel et de soutien est disponible 7 jours/7 pour toutes les personnes en situation de handicap, vivant à domicile et pour leur entourage. Retrouvez le numéro d’appel de votre département sur le site de l’ARS Nouvelle-Aquitaine (rubrique Personnes en situation de handicap).

Au niveau national, des dispositifs ressources pour lutter contre l’isolement des familles et des aidants sont disponibles : ligne Ecoute-Famille de l’UNAFAM, Autisme Info Service, plateforme ressources des centre ressources autisme pour les familles et aidants de personnes…

Un soutien médico-psychologique à destination de la population et des professionnels  

En plus du numéro national dédié, au moins un numéro d’appel a été mis en place, dans chaque département de Nouvelle-Aquitaine, à destination de la population et des professionnels exerçant à l’hôpital et dans les établissements médico-sociaux (dont les EHPAD)… Les centres hospitaliers psychiatriques ont organisé ce soutien avec les cellules d’urgence médico-psychologiques (CUMP) et les professionnels de la prise en charge du psycho-traumatisme. Ces numéros sont répertoriés sur le site de l’ARS. 910 prises en charge ont ainsi été réalisées dans la semaine du 13 au 17 avril 2020.

Pour le soutien plus spécifique des professionnels de santé, certaines équipes de soutien organisent des passages dans les services de réanimation, soins intensifs, urgences et autres unités accueillant des patients positifs au Covid-19 afin de réaliser des entretiens de groupe. 92 entretiens ont ainsi été réalisés sur cette même semaine.

Les professionnels de santé mentale mobilisés dans le cadre l’entraide interrégionale

Une quinzaine de professionnels issus de plusieurs établissements psychiatriques de la région Nouvelle-Aquitaine sont partis 15 jours en renfort du Centre hospitalier de Ville-Evrard en Seine-Saint-Denis : Centre hospitaliers Camille Claudel (16), Pays d’Eygurande (19), La Candélie (47), Charles Perrens (33), Henri Laborit (86), CH des Pyrénées (64),  Esquirol (87).

-----------------------------------

Point sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine

>>> Cas confirmés rapportés par les laboratoires de Nouvelle-Aquitaine

L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 41 nouveaux cas confirmés recensés par Santé publique France le 24 avril, ce qui porte le total à 4 503 depuis le début de l’épidémie.

Pour rappel :

  • ces chiffres ne comprennent pas toutes les personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville.
  • les chiffres des départements comprennent des cas n’ayant pas été encore géolocalisés et attribués au département du laboratoire qui a réalisé le test.
Carte Cas COVID-19 du 25/04/2020

Source : Santé publique France

>>> Prise en charge et décès en Nouvelle-Aquitaine

  • 707 personnes sont actuellement hospitalisées (1) (- 20 par rapport à la veille)
  • 133 personnes sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs (1) (- 11 par rapport à la veille)
  • 1 276 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie (1) (+ 33 par rapport à la veille)
  • Depuis le début de l’épidémie, on déplore 289 décès (1) parmi les personnes hospitalisées (+ 4 par rapport à la veille).

(1)Source Santé publique France Nouvelle-Aquitaine au 25/04 à 14h

Tableau Cas COVID-19 source SI-VIC du 25/04/2020

Source : Santé publique France

>>> Situation dans les EHPAD de Nouvelle-Aquitaine

Tableau Cas COVID-19 en EHPAD du 25/04/2020

Source : Santé publique France

Les chiffres collectés dans le tableau de Santé publique France sont les données déclaratives qui ont été transmises par les établissements entre le 1er mars et le 25 avril 2020 à 9h.

Il est question de signalements pouvant émaner de structures ayant déjà fait des signalements ou même ayant clôturé des situations (cas suspects testés négatifs ou retour à la normale dans l’EHPAD).

L’ARS Nouvelle-Aquitaine procède actuellement à une vérification de ces données, en lien avec les établissements. Sont ainsi en train d’être identifiés dans cette base de données :

  • les signalements en doublon,
  • les cas suspects testés négatifs
  • les situations revenues à la normale

Au total, 322 EHPAD ont été concernés par un cas confirmé ou suspect de Covid-19 depuis le début de l’épidémie.

En isolant les signalements clos (129 tests négatifs ou retour à la normale), il est établi qu’au 25 avril, 193 EHPAD sont actuellement concernés par une situation de Covid-19 confirmée ou suspecte parmi des résidents ou le personnel, soit 21,5 % des EHPAD de notre région (898 EHPAD en Nouvelle-Aquitaine).

  • Parmi les signalements, 1 529 résidents ont été comptabilisés confirmés ou cas possibles (suspects présentant des symptômes) Covid-19 (+ 185 par rapport à la veille),
  • Parmi ces cas possibles ou confirmés, 101 sont décédés au sein des établissements (+ 4 par rapport à la veille) et 63 sont décédés à l’hôpital (+ 7par rapport à la veille suite - Ces décès sont inclus dans l’indicateur « nombre de décès parmi les personnes hospitalisées » dans le tableau des données hospitalières SI-VIC).

Pour rappel, dans le cadre de la doctrine du dépistage systématisé en EHPAD, l’ARS Nouvelle-Aquitaine le déclenche dès qu’un premier cas est confirmé chez un résident ou un membre du personnel. L’ensemble des résidents et du personnel de l’EHPAD sont alors dépistés.

COVID-19 - Visuel gestes barrières

Numéro vert national pour toutes questions non-médicales :

0800 130 000 (appel gratuit)

Cellule régionale de renseignements Covid-19 :

[email protected]

La source de référence pour des informations fiables sur la situation :

Site du Gouvernement : www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Aller plus loin

Contact

Contenu

Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine
Département communication
N° presse dédié COVID-19 : 06 65 24 84 60

[email protected]