Communiqué de presse - Coronavirus : Gestes barrières du 10/07/2020

Communiqué de presse
Visuel
Visuel COVID-19 / Coronavirus - Communiqué de presse
COVID-19 : une démarche novatrice proposée par l’ARS Nouvelle-Aquitaine aux professionnels des EHPAD pour favoriser l’application des gestes barrières.
Corps de texte

Dès le mois de mai, afin de prévenir toute rupture de chaîne de protection dans les EHPAD et anticiper le retour des visiteurs extérieurs, l’ARS Nouvelle-Aquitaine a mis en place une action de soutien et d’accompagnement des professionnels. Une démarche novatrice au service de l’application durable des gestes barrières dans un contexte où les équipes des EHPAD ont été mises à rude épreuve.

Valoriser les savoir-faire des équipes et les aider à maintenir dans la durée les gestes barrières

Dès le début de la crise Covid-19, les EHPAD de Nouvelle-Aquitaine ont mis en place des mesures de sécurité exceptionnelles pour assurer la sécurité des personnes âgées, particulièrement vulnérables face à ce virus, tout en préservant leur qualité de vie.

Les efforts des personnels en EHPAD ont été remarquables et l’application des gestes barrières très vite intégrée. Pour soutenir ces efforts déployés par les EHPAD, l’ARS Nouvelle-Aquitaine, a souhaité répondre aux inquiétudes des équipes sur la survenue possible de phénomènes de baisse de concentration tout à fait compréhensibles, auxquels auraient pu être exposés ces personnels en raison de la fatigue et de la pression forte accumulées depuis le début de la crise sanitaire.

« Notre établissement s’est porté volontaire pour sortir un peu la tête du guidon et pouvoir avoir une méthodologie qui nous paraissait intéressante parce qu’innovante, pour traverser la crise covid19 et essayer de la gérer le mieux possible avec les équipes, pendant une période qui était un peu difficile » confie Nathalie Barrier directrice de l’EPHAD Grand Bon Pasteur à Bordeaux » confie Nathalie Barrier directrice de l’EHPAD Grand Bon

L’ARS a donc très rapidement mis en place et financé une action novatrice d’appui, de régulation des pratiques pour les équipes des EHPAD dans le respect de leur savoir-faire et des contraintes du quotidien.

Des principes de neuropsychologie et de psychologie comportementale en appui concret aux pratiques professionnelles

Pour maintenir dans le temps et accroître la fréquence et donc la durabilité des gestes barrières et de la distanciation physique, cette action s’est appuyée sur des principes de neuropsychologie et de psychologie comportementale fondés notamment sur l’analyse des facteurs de contexte qui facilitent ou fragilisent ces mesures.

Cette approche croise systématiquement les pratiques professionnelles (ex : une signalétique claire et positionnée aux bons endroits rappelant l’utilisation d’une solution hydro-alcoolique qui va diminuer la charge mentale des professionnels et sécuriser le bon usage du gel) aux « conséquences » (ex : être reconnu pour la prévention des risques apportées aux personnes âgées), l’objectif est donc en prenant mieux en compte ces déterminants et processus d’influencer positivement la fréquence et la durabilité des pratiques relatives aux gestes barrières et de distanciation physique.

Des données scientifiques probantes existent dans ces domaines de sécurisation durable des pratiques de soin et d’accompagnement. Ces connaissances scientifiques ont constitué le socle de départ de cette démarche ; connaissances qui ont été confrontées aux réalités vécues par les équipes.

 Mise en œuvre par l’association Côte à côte (1) cette action a démarré dès le mois de mai, afin de soutenir les équipes et anticiper la réouverture des EHPAD aux familles. Elle a été précédée d’une phase préparatoire nécessaire pour s’assurer que cela répondrait aux attentes des équipes.

  • Cette phase préparatoire a été co-construite avec des EHPAD qui ont accepté de partager leur quotidien avec les experts psychologues :
    • Mi-avril 2020 : Une enquête « flash » nationale (proposée par l’ARS Nouvelle Aquitaine en coopération avec l’ARS Grand-Est et menée par la Délégation interministérielle à la transformation publique -DITP- et la Direction générale de la cohésion sociale -DGCS-) a été menée auprès d’une douzaine d’établissements pour identifier les facteurs de fragilisation et de sécurisation des gestes barrière en contexte de tension, de peur et de stress pour les équipes ;
    • Fin-avril 2020 : Une observation in situ a été réalisée par une experte psychologue spécialisée en approche comportementale au sein de deux EHPAD de Gironde : l’EHPAD Grand Bon pasteur (ADGESSA), l’EHPAD Henri Dunant (Croix-Rouge Française). L’ARS remercie les équipes et les directions de ces deux établissements de leur implication dans ce projet.
  • Une stratégie d’intervention participative, sur la base du volontariat :
    • 140 EHPAD volontaires ont pris part à ce projet ;
    • 1 à 3 Référent Intra-Etablissement COVID-19 (les « RIEC ») ont été mobilisés par EHPAD, provenant de divers métiers. Soit au total 250 RIEC accompagnés par 13 psychologues spécialisés en analyse du comportement ;
    • 4 séquences d’accompagnement à distance ont été organisées en mai par les animateurs psychologues avec 10-15 RIEC, sous forme de communautés virtuelles d’appui aux pratiques. Une formation participative et évolutive entre chaque session avec des propositions d’actions (supports et méthodologies de travail) et l’intégration des retours d’expérience du terrain.

«  Durant cette période, de nombreuses directives ont été données […] et beaucoup d'établissements se sont retrouvés à devoir aménager leur environnement, faire évoluer des pratiques, mais sans savoir exactement comment ou par quel moyen être le plus efficace dans un délai très court » précise Alexandre Girault,  psychologue spécialisé et animateur de groupes RIEC.

Une sensibilisation qui fait des émules …

Basée sur une stratégie pyramidale de formation de référents/facilitateurs, cette action a permis, par l’intermédiaire des professionnels ayant accepté d’assumer ce rôle de « RIEC », d’élargir ces bonnes pratiques à l’ensemble des personnels des établissements et même au-delà, en sensibilisant également les intervenants extérieurs (médecins, professionnels de santé, familles et visiteurs). Les retours des participants sont très positifs et deux séquences complémentaires ont été programmées en juin, afin de consolider les objectifs de la mission et favoriser un échange entre les RIEC des différents établissements.

Une véritable communauté d’échanges et de réflexion sur leurs pratiques est née de cette démarche. Elle a également permis aux équipes de se sentir moins isolées au cœur de la crise. Enfin, au-delà de la gestion du Covid19, l’enjeu de cette action est aussi de leur permettre à l’avenir d’intégrer ces stratégies de management de comportement dans leurs pratiques régulières et de maintenir une attention sur les gestes barrières en dehors des périodes de crise sanitaire.

 « Cette action a permis de changer notre regard et de se dire que finalement ce qui est important c’est que ce soit efficace. Quels outils, quelle manière de communiquer, quelle organisation je mets en place pour que ce soit efficace ? » souligne Nathalie Barrier directrice de l’EHPAD ADGESSA Grand Bon Pasteur.

« Cette nouvelle grille d'analyse a permis à chaque RIEC de trouver des pistes d’amélioration des pratiques globales, y compris pour les RIECS ayant des moyens limités au sein de leur établissement » ajoute Alexandre Girault,  psychologue spécialisé et animateur de groupes RIEC.

La situation dans les EHPAD sous vigilance constante 7j/7

Tout au long de cette crise, la situation dans les EHPAD a été suivie de manière rapprochée, 7 jours sur 7, par les équipes de l’ARS (cellule d’appui externe composée de différents experts, mise en place de SAS d’accueil sanitarisés pour filtrer les entrées et sorties durant la période de confinement, dépistage systématique et massif en cas de suspicion ou de confirmation d’un cas de COVID…). Grâce à l’action de tous et, en premier lieu, des personnels des établissements,  la circulation du virus est désormais jugulée. Au 9 juillet 2020, aucun EHPAD sur les 898 existants en Nouvelle-Aquitaine n’est concerné par un cluster.

La Nouvelle-Aquitaine est la région la plus âgée de France et pourtant, elle est aussi celle qui a enregistré le moins de décès Covid-19 rapportés à sa population totale en structures médico-sociales pour personnes âgées (215 décès pour 6 000 000 d’habitants).

(1) Association francophone pour la diffusion des données et pratiques probantes en appui à l’autodétermination et à la société inclusive

Aller plus loin

Contact

Contenu

Contact presse ARS Nouvelle-Aquitaine :
N° presse dédié Coronavirus : 06 65 24 84 60
[email protected]