Nouvelle-Aquitaine

Campagne de dépistage anti-tuberculeux en Vienne

Article
Visuel
microscope
Le Centre de lutte anti-tuberculeux (CLAT) de la Vienne met en œuvre, depuis le mois de mai 2017, en lien avec l’Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine et l’Education nationale, une campagne de dépistage anti-tuberculeux suite au décès d’un enfant de 5 ans d’une méningoencéphalite d’origine tuberculeuse au CHU de Poitiers en avril.
Corps de texte

Cette campagne de dépistage est mise en œuvre selon les recommandations de bonnes pratiques du Haut conseil de la santé publique (HCSP).

CHRONOLOGIE des événements

Consultez le tableau chronologique des événements concernant cette campagne de dépistage

SUIVEZ L’ACTUALITÉ de la campagne de dépistage

en consultant les communiqués de presse de l’ARS :

Retrouvez ci-dessous des questions/réponses concernant la tuberculose et la campagne de dépistage :

La tuberculose est une maladie contagieuse due à un bacille qui se transmet principalement  par voie aérienne (micro gouttelettes lors de la toux ou des éternuements…) Elle se manifeste par la persistance de certains symptômes pulmonaires (toux, difficultés ou douleurs respiratoires, crachats…) ou généraux (fièvre persistante malgré les traitements, sueurs nocturnes, amaigrissement anormal…).
Ce bacille de la tuberculose se développe particulièrement lentement dans l’organisme ou au laboratoire, rendant parfois difficiles, à la fois le diagnostic clinique, le dépistage et les analyses microbiologiques.

Il est admis qu'un malade atteint de la tuberculose est contagieux dans les 3 mois qui précèdent le diagnostic. C’est pourquoi lors d’une campagne de dépistage, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) recommande de dépister les personnes ayant été en contact rapproché et prolongé avec le cas index pendant les 3 mois précédents le diagnostic de cette personne.

Il s’agit d’une personne porteuse du germe mais non contagieuse et n’ayant pas développé la maladie. Pour un adulte atteint d’infection tuberculeuse latente (ITL), le risque de développer ensuite  la maladie est de 10%, mais les personnes atteintes d’ITL sont aussi systématiquement traitées.

Dès qu’une personne est atteinte par la tuberculose-maladie (et non par une ITL qui n’est pas contagieuse), le dépistage a pour objectif d’identifier les éventuelles autres personnes de l’entourage ayant pu être contaminées, et leur proposer rapidement un traitement. Si une personne a été identifiée malade de la tuberculose lors d’un dépistage, un nouveau dépistage est mis en place dans son entourage, et ainsi de suite jusqu'à ce qu’aucun nouveau cas ne soit dépisté.

C’est le centre de lutte antituberculeux (CLAT) qui est en charge de l’organisation du dépistage autour d’une personne atteinte par la tuberculose, en lien avec les professionnels de santé concernés (médecin traitant, médecin scolaire, médecin de PMI, médecin du travail…). Le dépistage est gratuit.

Le dépistage est réalisé via un test dermo-cutané (Tuber test) pour les enfants de moins de 5 ans.
Au-delà de 5 ans, il peut être réalisé via un test dermo-cutané (Tuber test) ou un test sanguin (Quantiféron) : la fiabilité de ces deux tests étant identiques, sauf pour les personnes vaccinées pour lesquelles le test sanguin permet de distinguer les effets de la vaccination de l’expression de la maladie.
La tuberculose s’exprime lentement. Un délai de minimum 8 semaines (chez les enfants et adultes de plus de 5 ans) et de 12 semaines (chez les enfants de moins de 5 ans) après le dernier contact avec une personne malade est nécessaire afin de pouvoir dépister une contamination.

 

Pour déterminer si une personne ayant été en contact avec une personne contagieuse doit être dépistée, il faut tenir compte : de la contagiosité, du type de contact avec le malade (durée, confinement), et du risque de développer la maladie après infection.  Le risque de transmission est d’autant plus élevé que les contacts ont été étroits, rapprochés et répétés. La transmission sera facilitée dans un lieu confiné et mal ventilé.
Lorsque plusieurs cas successifs surviennent dans une collectivité telle qu’un lycée/école, le périmètre du dépistage est évalué en fonction de la proportion d’élèves infectés dans les différentes classes, de la contagiosité des cas diagnostiqués et de la proximité des personnes en contact avec les malades.

Une épidémie est une augmentation importante et rapide du nombre d'individus atteints d'une maladie transmissible.
Des cas groupés sont des cas identiques de malades, peu nombreux,  sur une même zone géographique et une même période de temps.  
Dans le cadre de cette campagne de dépistage anti-tuberculeux en Vienne, on parle de cas groupés.

Les ARS disposent d’un budget illimité en matière de gestion de situations exceptionnelles, dont font partie les campagnes de dépistage de la tuberculose. Tous les moyens nécessaires ont été mis en place et restent disponibles pour mener à bien l’ensemble les phases de dépistage. Ce type de situation a déjà eu lieu en Nouvelle-Aquitaine en 2016-2017, notamment dans les Pyrénées-Atlantiques.

En France, comme dans de nombreux autres pays européens, la tuberculose est une maladie qui est  devenue rare en  population générale. De plus, nous savons maintenant que le vaccin BCG n’est efficace que chez environ 50% des individus. Ainsi depuis 2007, la vaccination par le BCG n’est plus obligatoire en France. Elle reste cependant recommandée  chez des personnes présentant une fragilité particulière où venant de pays ou la tuberculose est fréquente.

Aller plus loin

Mots clés